16/08/2012

Ils viennent chez nous... (suite).

 

Tempête fatale-au-large-de-Lampedusa.jpg

 

 

Ils viennent chez nous parce que nous sommes chez eux.

                                           (Suite)


II.
 

Et ceux qui ne meurent pas ?

Sauvés ? Non, enfermés.

 

Algésiras, Allemagne, Andalousie Auschwitz, Buchenwald, Canaries, Dachau, Grèce, Hollande, Italie, Lampedusa, Malte, Maroc, Royaume Uni, Pologne, République tchèque,Turquie, etc. Etc....

« Centres de rétention pour demandeurs d'asile » en France...

« Centres fermés pour étrangers en situation irrégulière » en Belgique...

où il est précisé que la privation de liberté n'y a pas de caractère punitif.

Ah, on respire !

Et Semira Adamou ?

Malheureux accident. Dommage collatéral. On ne fait pas d'omelettes sans casser des oeufs. Circulez.

Dans ce pays, petit par la superficie, mais grand par ses principes, il en existe théoriquement six : 

            Bruxelles-National (aéroport) : 30 places

              Bruxelles-National II (aéroport de Melsbroek) : 60 places

            Steenokkerzeel : 120 places

            Bruges : 112 places

            Merksplas (Anvers) : 165 places

            Vottem : 160 places

Soit, en tout, 647 places. Pour hommes, femmes ; vieillards, enfants en bas-âge, voire à la mamelle.

Mais... « 8000 personnes sont chaque année détenues en Belgique » (Wikipedia). Qui sont où, alors ?

 

Et de là ? Expulsés !

 

Israël expulse 2000 immigrés ivoiriens.jpg

Israël, faisant désormais partie de l'Europe, expulse 2000 immigrés ivoiriens.

Plus assez de Palestiniens ?

 

Oui, mais où ?

 

L’«EXTERNALISATION DE L'ASILE», vous savez ce que c’est ?

 

« L'externalisation de l'asile est un type de politiques migratoires menées par les pays de l'Union européenne consistant à délocaliser l'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, ainsi que le traitement de leurs demandes d'asile, dans des lieux situés à proximité des frontières de l'UE, ou dans des pays, situés hors de l'UE, dont les demandeurs sont originaires ou par lesquels ils transitent. En Australie, une politique similaire, officiellement qualifiée de « solution du Pacifique », s'est traduite par la multiplication des camps d'enfermement des exilés, notamment le camp de Woomera et celui de Nauru ainsi que l'abandon de souveraineté sur certaines îles carcérales pour les faire échapper au système national des protections juridique.

 « Après une tentative de délocalisation des procédures de l'asile dans des centres frontaliers ou limitrophes, en 2003, ces politiques se sont traduites en Europe par une prolifération des camps d'exilés dans et autour de l'Union Européenne, une pression sur les pays voisins pour y développer des systèmes d'asile examinant les demandes sur leurs territoires et une radicalisation des enjeux politiques antimigratoires dans les pays limitrophes à l'intérieur de la frontière commune de l'Union Européenne. »  

(Wikipedia)

 

Comment tourner l’obstacle du principe de droit d’asile ? Fastoche :

 

 L'asile chez les autres

 

« La notion d'« externalisation de l'asile » n'est pas un concept juridique mais sociologique, qui caractérise des politiques publiques visant, sans renier formellement les principes du droit d'asile, à développer les camps d'internement d'exilés et les régimes juridiques de rejet des demandes d'asile dans les pays limitrophes de l'Union européenne afin de fermer ses frontières aux mobilités internationales d'exilés. Ces orientations sont en gestation durant les années 1990 puis s'expriment en 2002 et 2004 pour être formulées dans le programme de La Haye qui cadre les politiques européennes de sécurité de 2004 à 2009. »  (Wikipedia)

 Ah, « sociologique » , ça change tout !

 On l’aura compris : n’importe où sauf dans l’espace Schengen. Il suffit de sous-traiter l’asile, c. à d. de payer raisonnablement les pays d’accueil (euh… de détention). Même principe que pour les déchets toxiques. Et mêmes destinations ? La Somalie, par exemple, pour les déchets. Comme si elle n’en avait pas assez de ses sécheresses et de ses famines.

 

Quelque part en Europe.jpg

Quelque part en Europe.

Dachau - Auschwitz - Buchenwald - Algesiras Malte Lampedusa  ?.jpgDachau ? Auschwitz ? Buchenwald ? Algesiras ? Malte ? Lampedusa ?

Quelques-uns des sept mille clandestins arrêtés dans le port de Djibouti.jpg

Quelques-uns des sept mille clandestins arrêtés dans le port de Djibouti.

Nador (nord du Maroc) candidats à l'immigration regardant les lumières de Melilla (enclave sous autorité espagnole)..jpg

 Nador (nord du Maroc) - Candidats à l'immigration regardant les lumières de Melilla (enclave sous autorité espagnole).


Mais bornons-nous à l’étape « rétention » ou « enfermement sans caractère punitif » à l’intérieur de l’U.E., et appelons ces endroits par leur nom :

 

Camps de concentration


1 - Camps - Grèce de la troïka.jpg

Grèce de la Troïka

 

2 - Camps - Istanbul.jpg

Istanbul

3 - Camps - Filakio - Frontière gréco-turque.jpg

Au camp de Filakio - Frontière gréco-turque

 

4 - Campde Burashada - Libye libérée.jpg

Camp de Burashada - Libye libérée

 

5 - Camps - Andalousie.jpg

Andalousie

 

6 - Italie.jpg

Italie

 

7 - Camps - Pagani - Lesbos.jpg

Pagani (Lesbos)

 

8 - Camps - France.jpg

 France

9 - Mayotte sous Manuel Valls -3100999303_1_7_etHvvYTB.jpg

CRA de Mayotte où l'internement des enfants a été maintenu par Manuel Valls, malgré les engagements de campagne pris par François Hollande.

10 - Camps - Mayotte - Femme matraquée.jpg

Mayotte encore - Femme matraquée

11 - Camps - Lampedusa.jpg

Lampedusa

12 - Camps - Italie.jpg

Quelque part en Italie

13 - malte alcatrza de l'europe pour migrants africains -1-604x400-604x400.jpg

Malte, Alcatraz de l'Europe pour migrants africains.

14 - Camps - Paris.jpg

   Paris

 

15 - Conteneurs à humains DSC_0655_CONTENEURS.jpg

Conteneurs à humains

16 - Provisoire celui-là - Roissy-Charles De Gaulle.jpg

Provisoire, celui-là : Roissy Charles De Gaulle

 

17 - Camps - Metz.jpg

Metz

 

17 - L'aire de jeux pour enfants, au centre de rétention de Toulouse - fin juin 2012.jpg

Aire de jeux pour enfants - CRA de Toulouse

 

18 - Camps -RENNES-141.jpg

Rennes

19 - Camps - Nîmes - Ils ont tenté de le repeindre en rose, couleur du gouvernement au pouvoir..jpg

Nîmes - Ils ont tenté de le repeindre en rose.

 

20 - St Exupéry (Grenoble) Dessine-moi un chien de garde.jpgSaint-Exupéry (Grenoble) - «S'il te plaît, dessine-moi un chien policier».

 

21 - Marseille l'été.jpg

Marseille

22 - Camps - Saint Jacques de la Lande - Rennes.jpg

Saint-Jacques de la Lande, près de Rennes

23 - Rennes Ille-et-Vilaine, qui abrite un bébé de six mois..jpg

Rennes (Ille et Vilaine), qui abrite un bébé de six mois.

 

24 - Ça a l'air joli, comme ça. C'est un camp. Pour enfants..jpg

Ça a l'air joli, comme ça, mais on y enferme des enfants.

 

25 - Bien sûr les bébés aussi - Corse.jpg

Et bien sûr, des bébés aussi - Corse

 

26 - Eric Besson visite le centre de Plaisir (78).jpg

Eric Besson visite le centre de Plaisir, dans les Yvelines.

27 - Lyon-Perrache sous Manuel Valls.jpg

Lyon-Perrache sous Manuel Valls

 

28 - Mesnil-Amelot (Nord de Paris).jpg

Mesnil-Amelot (Seine & Marne)

28 - Mesnil-Amelot Seine & Marne.jpg

Mesnil-Amelot

29 - Camps Le Canet.jpg

Le Canet

 30 - Camps - Rivbesaltes - Pyr. Or..jpg

Rivesaltes (Pyrénées Orientales)

31 - Camp en construction pour Africains en Israël.jpg

Camp pour Africains, en cours de construction en Israël.

 

32 - à Coquelles, tribunal dans centre de rétention.jpg

Coquelles (Nord-Pas de Calais) : une annexe du tribunal de Boulogne dans le CRA, ou la justice délocalisée...

Les associations (de défense des droits, vous savez) et les avocats ne sont pas contents. Un tribunal installé directement chez la police, ils trouvent que cela fait désordre, mais «cela permet de décharger policiers et gendarmes de leurs missions d'escorte». Économie, économie, Horatio !

33 - Le-centre-de-rétention-administrative-de-Cornebarrieu-e1331066215689.jpg

 Cornebarrieu (Haute Garonne)

34 - Camps - Melsbroek (Bruxelles).jpg

Melsbroek (Aéroport de Bruxelles National)

 35 - Camps -  Vottem - Belgique.jpg

 Vottem (Belgique)

36 - Vottem - Belgique.jpg

Vottem encore

37 - Manifestation contre la détention d'enfants à Vottem.jpg

Manifestation contre la détention d'enfants à Vottem

39 - Manif contre la détention d'enfants au camp de Vottem.jpg

Manifestation contre la détention d'enfants à Vottem


38 - Camps - Bruges.jpg

 Bruges

 

40 - Steenokkerzeel - Belgique.jpg

Steenokkerzeel

41 - On l'appelle le 127 bis - c'est Steenokkerzeel - Manifestants aidant des internbés à sortir.jpg

Le trop célèbre «127 Bis» (Steenokkerzeel) - Manifestants aidant des internés à s'évader.

 

42 - Merkplas_Flower010510500X35.jpg

Merkplas (Anvers) - Des Camerounais déposent des fleurs à la mémoire de Folefack Sontsa Ebénizert, retrouvé mort dans les toilettes du centre, quelques jours après une tentative d'expulsion violente avortée, à laquelle, passagers de l'avion, ils avaient assisté.

 

43 - Parfois ils y mettent le feu - Steenokkerzeel.jpg

Parfois ils y mettent le feu : Steenokkerzeel.

44 - Parfois ils y mettent le feu - Centre rétention administrative Vincennes.jpg

Parfois ils y mettent le feu : Vincennes.

45 - Parfois ils y mettent le feu - Lampedusa.jpg

Parfois ils y mettent le feu : Lampedusa.


à suivre, hélas...


*  


 

LIVRES - Hypnotic 6 - Donna Leon.jpg



 

LIVRE(S)

 



Vu la longueur de ce double post (fichue habitude), ce n’est pas encore aujourd’hui que nous allons pouvoir vous parler de notre ami Djamal Benmerad, qui est en train de devenir tout doucement l’Arlésienne de notre blog.

Je me contenterai, pour aujourd’hui, de vous parler d’un polar qui vient de sortir.

 femme_masque_chair-T-200x310.jpg


Donna LEON

La femme au masque de chair

Traduit de l’anglais par William Olivier Desmond

Calmann-Levy, 2012

250 pages

 



Donna Leon n’est pas une débutante. Pour ses aficionados, elle est une des « reines du polar » les plus considérables

Américaine résidant à Venise depuis 21 ans, elle en est à son 21e volume des aventures du Commissario Brunetti, aventures traduites en une vingtaine de langues… sauf l’italien, histoire de « protéger son anonymat dans la cité des doges ». On ne voit pas très bien l’intérêt, vu que sa photo est très largement diffusée et qu’il y a quand même quelques Italiens qui parlent des langues étrangères.

donna leon.jpg

Tous ses romans sont de premier ordre. Celui-ci est un des meilleurs.

Comme toujours, la Sérénissime et la Lagune servent de théâtre à l’histoire qu’elle raconte, mais l’histoire qu’elle raconte aurait pu, comme chaque fois, se passer n’importe où en Europe, en juste un peu (ou un peu moins) pire. Car, à l’instar de plusieurs de ses consoeurs et confrères, Donna Leon fait de l’histoire contemporaine à chaud. Elle a simplement choisi le polar comme véhicule.

On retrouve ici, non seulement le commissaire Guido Brunetti, avec sa riche vie intérieure et ses souvenirs d’enfance à la Proust, sa Questure tout entière, énigmatique signorina Elettra en tête, son vice-questore Patta de chef aussi exaspérant qu’indigne, ses collaborateurs et ses subordonnés, mais aussi la partie intime de son existence, où Paola, l’épouse prof de lettres anglaises inconditionnelle d’Henry James et les enfants Raffi et Chiara jouent le rôle dévolu par Eschyle au chœur antique. Paola, descendante pas du tout fin de race d’une longue lignée de richissimes aristocrates et néanmoins marchands (on est à Venise), Raffi et Chiara, qui en sont à l’âge des indignations généreuses et qui croient, comme avant eux l’ont cru leurs parents, qu’il importe de refaire le monde, parce que, tel qu’il est, il est vraiment trop moche.

Ses lecteurs fidèles ont compris depuis longtemps que Donna Leon est une moraliste, et même une moraliste à la romaine. Dans ce livre, elle va jusqu’à l’admettre ouvertement, et ce n’est pas seulement Brunetti qui ne s’y détend qu’à la lecture de Tacite et de Marc Aurèle, mais le personnage central de l’histoire, la fameuse « femme au masque de chair » qui vit en symbiose avec Ciceron et retrouve des parallèles de son propre destin dans Ovide.

Il y a même, et ce n’est pas vraiment surprenant, un rapport étroit avec notre sujet d’aujourd’hui, dans la mesure où le problème de société qui sert de pivot à l’action est, cette fois, la prise de contrôle de l’élimination des déchets – ménagers et toxiques, voire radioactifs – par la Camorra montée sur le Nord, qui en dispose, dans des conditions que nous n’allons pas déflorer, vers des pays comme la Somalie, et autres damnés de la terre et de la mer. Que l'on n’oublie pas, surtout, en lisant, que les corrompus de Venise ont des homologues partout.

C’est superbe.

Ne boudez pas votre plaisir.

 

 ***

16 août 2012 - Marie Mouillé

 

06/07/2012

Aux sources du chaos mondial actuel

Dignité al Karama 2_120.JPG

 

Notre post d’aujourd’hui ne peut se lire en un seul jour, mais ceux qui ne le liront pas en entier risquent de mourir idiots. Qu’ils ne viennent pas dire, après, qu’on ne les avait pas prévenus.

Catherine

 

 

AUX SOURCES DU CHAOS MONDIAL

ACTUEL

AVEC L'EXPLORATRICE ALINE DE DIEGUEZ

ET QUELQUES HARDIS MARINS

 

 L'actualité nous flanque à la face, jour après jour, tant de malfaisances nouvelles - mèche allumée qui va se raccourcissant au Moyen Orient, avec, au bout, un impensable mais très réel baril nucléaire, capable de supprimer toute vie sur la terre ; coups d'État à répétition en Amérique Latine sur le modèle « expulsion de Zelaya » d'il y a trois ans, qui lui-même en répétait beaucoup d'autres ; forcenée mise à sac de la malheureuse Afrique, sous toutes les formes d'agression possibles et imaginables ; manoeuvres d'encerclement de la Chine, excusez du peu, et on en passe – qu'on en viendrait à oublier celles qui ne sont pas nouvelles et qui durent, qui durent...

Car, comme au jeu de bonneteau, ces malfaisances dernier cri servent encore à occulter celle qui, depuis soixante ans, les résume toutes-mais-pourquoi-n'a-t-on-pas-vu-qu'elle-les-annonçait-? Je veux parler du lent génocide à l'oeuvre en Palestine, où il ne s'agit pas d'une colonisation « classique », qui serait déjà pas mal, mais, comme le martèle très justement Gilad Atzmon, de l'effacement programmé et froidement perpétré de tout un peuple.  Non, ils ne veulent pas les asservir, les Palestiniens : ils veulent les anéantir, au moins les jeter à la mer et qu'ils s'y noient.

C'est pourquoi, à l'occasion de la sortie attendue du XIIe chapitre de l'Opus majeur d'Aline de Dieguez, nous avons jugé opportun de réunir ici, dans son sillage, quelques autres manifestations de la lucidité résistante : Gilad Atzmon, interviewé par Silvia Cattori, Eric Hazan et Jacob Cohen interviewés par Jonathan Moadab et Raphaël Berland, et Christophe Oberlin, interrogé par les mêmes et par la même, car les persécutions de l'«état» fasciste devenu nazi d'Israël ne s'exercent pas que sur les Palestiniens sur leur sol, mais sur des Européens, goys ou juifs, un peu partout en Europe. Ainsi en va-t-il des cancers en voie de généralisation.

Si l'édition française n'était devenue la guenille alignée qu'elle est, la somme d'Aline de Dieguez devrait être publiée avec les honneurs et la diffusion maximale dûs à son rang. Elle devra se contenter, j'en ai peur, de l'édition non alignée d'un certain nombre de blogs attentifs, tout comme les vrais journalistes s'expriment aujourd'hui loin des merdias ou pas du tout.

 

 

***

 

 

Aline de Diéguez

 

AUX SOURCES DU CHAOS MONDIAL ACTUEL

 

" La chose la plus difficile au monde est de suivre à la trace n'importe quelle idée jusqu'à sa source. "( Edward Mandell HOUSE )

 

*

 

2ème Partie

 

Aux sources du sionisme

 

XII - Petite généalogie du ghetto appelé "Israël"

 

"La vérité doit être martelée avec constance, parce que le faux continue d'être prêché, non seulement par quelques-uns, mais par une foule de gens. Dans la presse et dans les dictionnaires, dans les écoles et dans les Universités, partout le faux est au pouvoir, parfaitement à l'aise et heureux de savoir qu'il a la majorité pour lui."

Johann Wolfgang von Goethe

 

"Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu'un esprit un peu propre accepte d'être malhonnête."

Le Manifeste censuré d'Albert Camus

 

 

*

 

Afin de comprendre comment s'est formé l' "esprit sioniste" en pleine action aujourd'hui en Israël, il m'a semblé important, à ce stade de l'analyse, de présenter une vue d'ensemble et aussi précise que possible, de la manière dont se sont agglutinées une à une, et au fil du temps, les briques du mur mental qui enferme Israël et ses habitants de l'intérieur et de l'extérieur de leur enclos dans un ghetto politique et psychologique.

Le mur monstrueux érigé en terre palestinienne n'est que le miroir du mur intérieur qui emprisonne ses concepteurs. Au mur qui serpente en Cisjordanie sont venus s'ajouter des murs entre Israël et l'Egypte, des murs entre Israël et la Jordanie et encore des murs entre Israël et le Liban. Le ghetto est en passe d'être hermétiquement clos. Tous ces murs symbolisent une mentalité à la fois arrogante et terrifiée. Pour les adorateurs du dieu Jahvé et pour leurs héritiers politiques contemporains il y a toujours un "nous" et un "eux", le ROW (The Rest of the World) pour reprendre l'expression en usage aux Etats-Unis pour désigner les "non élus".

Lire la suite ici…

 

 

***

 

Mais, parce que l’actualité n’arrête pas de nous rattraper, nous nous voyons obligés d’insérer, entre Aline de Dieguez et nos autres auteurs, une nouvelle qui vient de nous parvenir au moment de mettre en ligne et qui concerne d’ailleurs l’un d’entre eux, puisque Mme Olivia Zemor et M. Jacob Cohen viennent à nouveau d’être victimes d’agressions de la part de la sinistre LDJ.

Qu’on ne s’y méprenne pas, il n’est pas question ici de différends entre communautés ni d’incompatibilités religieuses. Il est question d’un groupe fasciste armé (la LDJ ou Ligue de Défense Juive), qui ne représente que lui-même et qui sème impunément la terreur dans les rues de Paris depuis beaucoup trop longtemps.

Alors, MM. Hollande, Fabius, Valls & Cie, ne disons pas le « changement », mais le minimum de respect des lois républicaines, c’est pour quand ?

 

 

***

 

Message du CAPJPO Euro-Palestine –

6 juillet 2012 :

 

Chères amies, Chers amis,

 

La LDJ ("Ligue de défense Juive") vient d’agresser tour à tour Olivia Zémor et Jacob Cohen à Paris.

 

DANGEREUX ET LÂCHES

 

Fort mécontents de la préparation d’une nouvelle mission internationale "Bienvenue en Palestine" du 24 au 31 août, destinée à aller encourager la rentrée scolaire des enfants palestiniens et à affirmer le droit de circulation en Palestine, les fascistes de la LDJ s’en sont pris à Olivia Zémor le 28 juin dernier.

Courageusement, à leur habitude, c’est en bande qu’ils ont commis leur forfait, contre une femme seule, en l’agressant de dos, qui plus est.

Alors qu’Olivia Zémor était assise à la terrasse d’un café à la Bastille, elle a été attaquée et a reçu sur la tête, le visage et le corps, de la peinture à l’huile, ce qui a nécessité un transport aux urgences de l’Hôtel Dieu par les pompiers, étant donné la toxicité du produit.

Une plainte a été déposée et une enquête a été ouverte, d’autant que la LDJ a revendiqué cet "exploit" en publiant une vidéo sur internet.

La police prend l’affaire très au sérieux.

 

Reste à savoir ce que feront les autres échelons du pouvoir ?

Quant à Jacob Cohen, écrivain qui dénonce dans ses romans les méthodes de recrutement du Mossad en France, il a fait l’objet d’une attaque jeudi 5 juillet dans le quartier de Saint-Paul où la LDJ fait régner la terreur. La deuxième du genre, puisqu’il avait été agressé juste avant la présentation de son premier roman en mars 2012, par un groupe de fascistes de la LDJ. Un témoin des faits avait formellement reconnu trois d’entre eux. Mais aucune instruction n’a pour autant été ouverte à ce sujet...

 

POURQUOI LA LDJ N’EST-ELLE PAS INTERDITE EN FRANCE ?

Jusqu’à présent, il est clair que les nazillons de la LDJ ont bénéficié en France de protections en haut lieu, qui les ont incités à multiplier les agressions.

Bien qu’ayant grièvement blessé un grand nombre de personnes en France (sans parler des Palestiniens qu’ils ont tués), dont un commissaire de police resté trois semaines en soins intensifs à l’Hôpital Saint-Antoine à Paris, ainsi qu’un étudiant de Nanterre qui a quasiment perdu la vue, d’un oeil ;

Bien qu’ayant saccagé différents locaux associatifs et librairies, et même commis des agressions au sein de conseils municipaux et de… tribunaux ;

Bien que proférant menaces de mort et insultes racistes à longueur de temps, de manière signée, sur internet et sur le site de la LDJ

Bien qu’étant quasiment tous identifiés par les services de police et ne se gênant pas pour se mettre en scène personnellement en tant que représentants de la LDJ, tels Jason et Steven Tibi, Dylan Halimi, Joseph Ayache, Anthony Attal, ou Gregory Chelli ; (La vidéo de Joseph Ayache, dit "Yossi", "combattant" dans l’armée israélienne est toujours en ligne : http://www.dailymotion.com/video/x1... ainsi que bien d’autres, comme : http://www.dailymotion.com/613camp#...)

Bien qu’ayant été arrêtés par la police en flagrant délit d’agressions et ayant pour la plupart des casiers judiciaires peu reluisants pour trafic de drogues ou violences conjugales ;

 

MlRACLE : PAS UN SEUL N’A JAMAIS ÉTÉ EN PRISON EN FRANCE !

Quand ils se font quand même pincer, ils n’écopent que de peines de sursis... qui s’accumulent ! Un sursis éternel, en quelque sorte !

Et sinon, ils vont faire un petit tour en lsraël, profitant de leur double nationalité, et personne ne les inquiète à leur retour en France, y compris quand ils tuent des Palestiniens.

Forts de cette impunité, ils commettent donc de nouvelles agressions.

Quant aux rares fois où ils ont été contraints de payer des dommages et intérêts à des victimes (comme lors du saccage de la librairie Résistances), ils n’ont pas à se faire de soucis : l’Union des Patrons Juifs de France (UPJF) appelle publiquement les auditeurs de "RADIO J" à envoyer de l’argent pour payer leurs dettes !

CES DANGEREUX PETITS VOYOUS SONT PROTÉGÉS PAR LE CRIF QUI NE S’EST JAMAIS ÉMU DE LEURS AGRESSIONS RÉPÉTÉES CONTRE DES CINÉMAS, DES THEÂTRES, DE LEURS RATONNADES, DE LEURS INSULTES RACISTES, DE LEURS APPELS AU LYNCHAGE.

 

5Cp_pBN.jpg

 

UNE SITUATION HALLUCINANTE

LA FRANCE EST LE SEUL PAYS À ACCEPTER QU’ILS AIENT PIGNON SUR RUE, QU’ILS DÉVERSENT DES INSANITÉS SUR UN SITE PUBLIC, QU’ILS S’ENTRAÎNENT MILITAIREMENT, ET QU’ILS RECRUTENT OUVERTEMENT DES JEUNES PAUMÉS POUR ALLER "CASSER DE L’ARABE" OU DU "JUIF TRAÎTRE", EN FRANCE, ET DU PALESTINIEN DANS LES TERRITOIRES ILLÉGALEMENT OCCUPÉS PAR ISRAËL

Leur association est classée terroriste aux États-unis. Elle est interdite en lsraël même. Mais en France ces bandes peuvent agresser et menacer impunément.

Certaines de leurs agressions ont même été classées dans la catégorie des "actes antisémites" (sic), venant grossir les statistiques du fameux BNVCA (Bureau national de Vigilance contre l’antisémitisme).

Nous en avons eu la preuve à plusieurs reprises, à l’occasion de tags de la LDJ sur les portes de nos immeubles ou de nos locaux !

Quand la police les arrête, et ne les relâche pas quelques heures plus tard, la justice fait semblant de gober les histoires de "religions" et de "communautés" qui s’affronteraient.

Mais les juges ne font que suivre les réquisitions des procureurs, qui suivent eux-mêmes les consignes gouvernementales. D’autant que la gauche, pas plus que la droite n’a jamais émis la moindre protestation. Tous ces politiciens qui vont manger la soupe aux dîners du CRlF, toute honte bue, en multipliant les déclarations sur leur "attachement à lsraël" n’ont pas une seule fois demandé au CRlF de retenir ses chiens.

On fait condamner pour "incitation à la haine et à la violence" des militants pacifiques parce qu’ils appellent au boycott d’lsraël, mais on protège de dangereux nervis fascistes, en cheville avec l’extrême-droite française.

 

NOUS APPELONS L’ENSEMBLE DES DÉMOCRATES ET DES CITOYENS PRÉOCCUPÉS PAR CETTE SITUATION À SAISIR MANUEL VALLS POUR EXIGER L’INTERDICTION DE LA LDJ :

 

M. Manuel Valls

Ministère de l’Intérieur

Place Beauvau

75800 Paris cedex 8

FAX : 01 42 66 92 34

E-mail : sp.ministre@interieur.gouv.fr

 

Amicalement,

CAPJPO-EuroPalestine

 

PS / Rappel : Jacob Cohen présentera son nouveau roman « Dieu ne repasse pas à Bethléem » ce samedi 7 juillet à 17 H 30 à la librairie Résistances à Paris

 

 ***

 

Chers amis internautes, vous avez bien compris qu’il vous faut sans tarder bombarder M. Manuel VALLS (« Socialiste ») de lettres, émiles, fax et appels téléphoniques – plus il y en aura, mieux cela vaudra -, pour lui rappeler qui, dans ce pays, est le Souverain, puisque ni lui ni ses prédécesseurs ne semblent le savoir.

Et nous, revenons à nos citoyens exemplaires.

 

 

***

 

Cet « extrémiste » d’OBERLIN

 

Les anciens lecteurs de (l’ancien) Charlie Hebdo se rappelleront peut-être l’incident survenu lors du départ en fanfare de Siné, expulsé par le sémillant Val pour « antisémitisme » ou autre crime à la mode (rechercher la marque du Diable à coups d’épingles sur les fesses des sorcières étant devenu, au moins pour la forme, une préoccupation obsolète).

Siné, désireux de lancer un hebdo rival mais manquant à peu près de tout, avait été spontanément soutenu par un sympathisant, lequel avait mis à sa disposition maison et matériel, avant de partir en voyage. Pour se découvrir, au retour, exclu du collectif qu’il avait lui-même fondé et viré comme un malpropre, pour cause de candidature aux élections européennes sur la liste Europe-Palestine.

 

christophe-oberlin-photo-darek-szuster.jpg

 

Ce sympathisant, lourdé avec une si élégante gratitude par la bande à Siné, c’était le Dr. Oberlin.

Que revoilà aux prises avec les non-extrémistes du CRIF, pour avoir posé, à ses étudiants, lors de leur examen de médecine humanitaire, une question qui a déplu à ces démocrates.

Jonathan Moadab, du Cercle des Volontaires (on compte bien vous reparler d’eux sous peu) a eu l’idée d’interroger le coupable. Résultat :

 

 

Christophe Oberlin, nouvelle victime du lobby sioniste de France.

par Jonathan Moadab

 

Christophe Oberlin

interviewé par le Cercle des Volontaires

 

« Anti-israélien acharné », « symptôme de l'épidémie anti-israélienne », « haineux », « sujet ahurissant », « antisionisme couplé à de l'antisémitisme », « myopie intellectuelle », « obsessions du militant », « énoncé scélérat », « acte inique », « idéologie », « outrepassé ses fonctions d'enseignant », « contrevient à l'esprit de laïcité de l'enseignement supérieur », « hors sujet », "humaniste obsessionnel qui a fait rire dans le passé », « à la pointe extrême de la haine contre Israël et de la promotion du Hamas », « ignoble question », « questionnaire que le Hamas aurait pu écrire », « incitation à la haine », « neutralité du service public bafouée », « ami de coeur du Hamas », « caractère provocateur et propagandiste », « manipulation » etc.

 

Ce sont là quelques citations issues des articles produits par la nébuleuse sioniste française concernant la question qui fut posée aux étudiants en médecine de Paris VII, lors de leur examen de médecine humanitaire.

 

Voici l'objet du délit :

 

Étude de cas de droit humanitaire – Question longue :

« Vous êtes à l’hôpital de Rafah, situé dans la bande de Gaza lors de la guerre de l’hiver 2008-2009. Des ambulances vous amènent 22 corps portant tous le nom d’Al-Daya. Les ambulanciers et les membres survivants de la famille vous déclarent qu’il s’agissait d’un bombardement classique. Quelle est ou quelles sont les qualifications des crimes perpétrés ? Argumentez votre position en vous basant sur les définitions des différents crimes. » 

Usant de citations tronquées, sortant la question de son contexte, imputant au professeur Oberlin des intentions supposées haineuses et anti-israéliennes, ainsi que d'autres procédés classiques de désinformation, les sionistes ont réussi à faire de cet examen de médecine une affaire publique qui a fait les gros titres de la presse...

À notre connaissance, aucun des individus ayant écrit sur Christophe Oberlin n'a eu la décence de le contacter pour en savoir plus à son sujet, et l’interroger sur le sens réel de cette question. Le Cercle des Volontaires, intrigué par cette polémique, a donc convié le professeur pour un entretien visant à éclairer le public sur cette sombre affaire...


À l'issue de cet entretien, nous n'avons pu que constater le caractère fallacieux des attaques portées contre Christophe Oberlin. Nous avions nous-mêmes, en préparant cette interview, été induits en erreur par ces articles présentant la question posée comme un exercice du type QCM...

(...)

Sources anti-Oberlin :

Christophe Oberlin, anti-israélien acharné, se fait symptôme d’une maladie qui frappe la France

http://www.crif.org/fr/tribune/christophe-oberlin-anti-israélien-acharné-se-fait-symptôme-d’une-maladie-qui-frappe-la-france/31610

Lettre d’un confrère au Dr Christophe Oberlin

http://www.crif.org/fr/actualites/lettre-d’un-confrère-au-dr-christophe-oberlin/31586

J’ai d’autres idées de sujets d’examen pour Christophe Oberlin

http://www.crif.org/fr/tribune/j’ai-d’autres-idées-de-sujets-d’examen-pour-christophe-oberlin/31609

L’université selon Oberlin ( à ne pas confondre avec le collège du même nom)

http://www.crif.org/fr/tribune/l’université-selon-oberlin-à-ne-pas-confondre-avec-le-collège-du-même-nom/31632

Communiqués de l’université Paris 7

http://www.crif.org/fr/communiquedepresse/communiqués-de-l’université-paris-7/31591

Une question particulière

http://www.crif.org/fr/leditorialdupresident/une-question-particulière/31585

Le Dr Oberlin et l’invention du droit humanitaire antisioniste

http://www.europe-israel.org/2012/06/le-dr-oberlin-et-l’invention-du-droit-humanitaire-antisioniste/

Scandale Oberlin à l’Université Paris Diderot, mise au point au regard du Droit International Humanitaire !

http://www.europe-israel.org/2012/06/scandale-oberlin-a-luniversite-paris-d

 

 

*

 

Pour en savoir plus, on lira avec intérêt l’entretien qu’a eu avec le Pr. Oberlin la journaliste suisse Silvia Cattori (Tempête dans un verre d’eau),  d’où il ressort quand même que MM. Vincent Berger, président de l’université Paris-Diderot et Alexandre Steyer, recteur de l’académie de Rennes,  semblent souffrir d’un curieux éloignement pour le courage civil..

Comme annoncé dans le corps de l’entretien et pour les raisons qu’il a dites, Christophe Oberlin a adressé à la Ministre de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, Mme Geneviève Fioraso, une « Lettre ouverte » que la même Silvia Cattori publie sur son site.

 

 

***   

 

Eric Hazan, éditeur et auteur subversif

 

hazaneric2-1--d7f11.jpg

 

On ne présente plus Eric Hazan : né à Paris, en 1936, d’une mère apatride née en Palestine et d’un père juif né en Égypte. Fondateur et animateur « à gauche de la gauche » des éditions La Fabrique, il est surtout connu pour avoir publié L’insurrection qui vient, livre qui fit un malheur grâce aux persécutions dont son auteur fut l’objet (« L’affaire de Tarnac » vous vous souvenez ?). Mais Éric Hazan est aussi un penseur de la lutte politique, et un combattant qui se considère « en état de guerre civile ». Et il a, bien entendu, ses idées sur l’avenir de la Palestine.

Les jeunes gens du Cercle des Volontaires l’ont rencontré à la librairie Tropiques, où il était venu présenter son livre, écrit à quatre mains avec Eyal Sivan : Un état commun entre le Jourdain et la mer. Car, oui, Eric Hazan est partisan de la solution à un seul état. Et il dit pourquoi.

Interview :

 

 

***

 

Jacob Cohen et

Le printemps des Sayanim

 

 

jacob-cohen-270112.png

 

Le 12 mars dernier, Jacob Cohen, juif français né au Maroc, était agressé dans un café du boulevard Saint-Germain, par un commando de la LDJ (Ligue de Défense Juive). Pourquoi ? Pour le punir, l’intimider (et en intimider d’autres). C’est que Jacob Cohen est l’auteur d’un livre qui fait quelque bruit : Le printemps des sayanim, paru chez L’Harmattan.

Les Sayanim (en hébreu = assistants) sont des « agents dormants » établis en dehors d’Israël, prêts à aider le Mossad en lui fournissant à la demande une aide logistique. Ils se recrutent principalement parmi les juifs de la Diaspora, mais pas seulement. Le plus célèbre de tous s'appelle Jonathan Pollard.

Video de l’auteur, interrogé par le Cercle des Volontaires.

 


 

Dernière minute :

Suite à la nouvelle agression dont vient d’être victime Jacob Cohen, le Cercle des Volontaires publie la lettre ouverte que M. Cohen vient d’adresser à Manuel Valls.

 

 

***

 

Gilad Atzmon

et les nouveaux inquisiteurs

 

gilad-.jpg

Les habitués de ce blog ne peuvent plus ignorer Gilad Atzmon. Pour les autres, rappelons brièvement que, né citoyen israélien en 1963, ce très grand musicien de jazz est aussi un homme affligé d’une conscience exigeante. Mettant ses actes en accord avec ses convictions, il a fini par demander l’asile politique à l’Angleterre. S’il croyait par là échapper à la malédiction de sa naissance, il se trompait. Car il n’a plus jamais, depuis son exil, pu se consacrer entièrement et exclusivement à son art. Non seulement il affronte sans répit, au jour le jour, ses anciens compatriotes dont il est devenu la bête noire, mais il ne cesse en même temps d’approfondir sa réflexion sur ce qui a pu pousser un certain nombre de juifs russes, dont il descend, à choisir la voie du fascisme et à envahir une terre qui ne leur appartenait pas, avec le projet d’en supprimer la population, revendiquant, à l’instar d’Adolf Hitler, un Lebensraum de leur choix.

Il a publié, en septembre 2011, The Wandering Who ?, qu’on pourrait traduire par Le QUI errant ?, livre qui vient enfin de paraître en français (La parabole d'Esther) et qui lui vaut, ici comme ailleurs, des attaques sans nombre. Silvia Cattori (dieu que les Suisses ont de la chance !), qui l’avait interviewé lors de la sortie de l’ouvrage en anglais, vient de le réinterviewer. Devinez pourquoi ?

 

UN ENTRETIEN AVEC GILAD ATZMON

Les nouveaux inquisiteurs et leurs campagnes calomnieuses

À la suite de la parution de l’édition française du livre ‘The Wandering Who ?’, nous avons demandé à son auteur, le célèbre jazzman Gilad Atzmon, de répondre aux accusations portées à son encontre par ceux qui tentent en permanence de l’empêcher de s’exprimer et de diffuser ses idées.

Dans son livre, Gilad déconstruit la politique identitaire juive. Il y fustige également la domination de la politique juive au sein des mouvements de gauche et en particulier des mouvements de solidarité avec les Palestiniens. Recueillies par Silvia Cattori ses réponses font apparaître l’inanité des arguments de ceux qui veulent le faire taire.

Lire la suite…

 

***

 

Enfin, pour que notre tour d’horizon soit complet :

 

Le gouvernement israélien assigné en justice par le collectif « Un bateau français pour Gaza »

 

 

Dignité al-Karama 1.jpg

 

Pour rappel, le Dignité el-Karama, notre bateau d'aujourd'hui, est un de ces bâtiments affrétés par des civils de nationalités diverses, pour porter quelque réconfort et un peu d’aide aux emmurés de Gaza, que la marine israélienne arraisonne couramment dans les eaux internationales et pille après les avoir amenés dans un port. Actes de piratage ordinaire. Le Dignité el-Karama battait pavillon français.

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

L’assignation devant un tribunal français du gouvernement israélien a été déposée par Roland Weyl, avocat du collectif.    


Le Dignité Al Karama, symbole de la solidarité de milliers de citoyens français qui demandent la fin du blocus de la bande de Gaza, doit être rendu.

Le Dignité Al Karama, a été arraisonné par des navires militaires israéliens le 19 juillet 2011 dans les eaux internationales, à environ 40 miles nautiques de la côte de la bande de Gaza. Amené de force par la marine israélienne dans le port d’Ashdod, il n’a pas été restitué depuis. Le préjudice subi pour la perte du bateau est évalué à 226 726 euros. Cet arraisonnement dans les eaux internationales d’un bateau de plaisance battant pavillon français, ramené, sous la menace, sur son territoire où il est depuis séquestré est contraire au droit.

Acquis grâce à la mobilisation de milliers de citoyens en France, ce bateau symbolise la volonté de voir le droit international enfin respecté et qu’Israël cesse le blocus de la Bande de Gaza qui asphyxie plus de 1,6 millions de ses habitants.

Israël ne peut agir en toute impunité. La Campagne « Un bateau français pour Gaza » demande la restitution du Dignité Al Karama dans l’état dans lequel il se trouvait au moment de l’arraisonnement et que soient payés des dommages et intérêts  pour les préjudices causés aussi bien au bateau qu’aux passagers.

Le collectif compte sur la justice française pour que le droit soit appliqué.

 

CONFERENCE DE PRESSE

MARDI 26 JUIN 2012 à 11 heures

SALLE DE LA COMMISSION

DES AFFAIRES ECONOMIQUES DU SENAT - Salle n°263

15 rue de Vaugirard, 75005 PARIS

Métro : Luxembourg

 

Le Mouvement de la Paix,

membre du collectif

Saint-Ouen, le 22 juin 2012

 

 

 

***

 

Livres 10.jpg

 

 

LIVRES

Oberlin Survivre -arton170-a8ca1.jpg

 

Mohammed al-RANTISSI

Survivre à Gaza

Récit écrit avec la collaboration

de Christophe OBERLIN et de Jacques-Marie BOURGET

Éd. Koutoubia, 2009

 

 

Pour en savoir plus :

http://www.voltairenet.org/achat-en-ligne/fr/livres-en-fr...

 

Chroniques de Gaza 130911_003131_PEEL_JMZGkf.gif

 

Christophe OBERLIN

Chroniques de Gaza

Éd. Demi-Lune, 2011

Collection Résistances

 

Pour en savoir plus :

http://www.google.fr/imgres?q=chroniques+de+gaza+2001-201...

palestine,israël,dignité al-karama,aline de dieguez,silvia cattori,jacob cohen,sayanim,eric hazan,christophe oberlin,olivia zemor,ldj,adolf hitler,cuba,academie de rennes,université paris-diderot,gilad atzmon

 

 

Christophe OBERLIN

Acacia CONDÈS

Bienvenue en Palestine - DESTINATION INTERDITE

éd. Encre d'Orient; 28 juin 2012

 

 

On trouvera "monomaniaque", manquant à la liste relevée par le Cercle des Volontaires, chez un client d'Amazon.

 

Hazan etat commun.jpg

 

Éric HAZAN

Un État commun entre le Jourdain et la mer

Éd. La Fabrique ; mars 2012

 

 

 

pour en savoir plus : http://www.lafabrique.fr/catalogue.php?idArt=675

 

Cohen - Printemps.jpg

 

 

Jacob COHEN

Le printemps des Sayanim

Éd. L’Harmattan, 2010

 

 

 

Dieu_ne_repasse_pas_bethleem_L150.jpg

 

 

Jacob COHEN

Dieu ne repasse pas à Bethléem

Éditions Kalimate, Salé, Maroc

 

 

Atzmon - Guide des égarés 9782859409029.jpg

 

 

Gilad ATZMON  

Guide des égarés

Phébus, 2005

 

 

Atzmon - Wandering 41lowSAXiEL._SL500_AA300_.jpg

 

 

Gilad ATZMON

The Wandering who ? A study of Jewish Identity Politics

Zero Books, 2011

 

 

 

en  français :

  Atzmon - Parabole 306b35bdfd2f74c4014f14f4a09bd0c9.image.250x384.jpg                                           

Gilad ATZMON

La parabole d’Esther. Anatomie du Peuple Élu

Éditions Demi-Lune, Février 2012

Traduit par Marcel Charbonneau

Préface de Jean Bricmont

 

 

Voir la présentation de ce livre sur le site des éditions Demi-Lune :

http://www.editionsdemilune.com/la-parabole-desther-anato...

 

 

***

 

In cauda

 …pour ce que rire est le propre de l’homme…

 

Rions un peu

La propagande anti-cubaine jusqu’au baccalauréat !

 

Plusieurs enseignants et associations de solidarité avec le peuple cubain dénoncent à juste titre la teneur de l’épreuve d’espagnol, langue vivante 1, du baccalauréat des séries S et ES.

Le texte soumis aux candidats, « El muchacho de Camaguey », de l’obscur écrivain espagnol (donc, même pas cubain), Luisgé Martin, dresse un tableau accablant de la vie dans l’île : un Cubain famélique raconte comment il a été arrêté par des policiers déguisés en touristes pour avoir parlé de sa faim et de son dénuement.

Les intentions de ceux qui ont choisi le sujet éclatent dans leurs consignes de correction :

 « On attendra du candidat qu’il commente à partir du texte : La pauvreté sur l’île : la faim en rapport avec la description physique de Carlos, le manque de biens courants : allusion au savon, l’attitude des Cubains vis-à-vis des touristes, les conditions économiques, la censure : crainte, méfiance et répression ».

Les « bonnes » réponses sont récompensées par 5 points, coefficient 3 !

Rarement la propagande anti-cubaine aura atteint ce niveau caricatural et en même temps ce niveau officiel. (…)

Nous reproduisons ci-dessous la lettre ouverte que viennent d’adresser au ministre de l’Éducation Nationale, quatre résidents cubains.   (…)

 

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE FRANCAIS DE L’ÉDUCATION NATIONALE

 

 À M. Vincent Peillon, ministre de l’Education Nationale

           Objet : Scandale du Bac 2012

 Paris,

Monsieur le Ministre,

Une fois de plus, les calomnies et mensonges contre Cuba sont à l’ordre du jour dans la société française.

En cette occasion, c’est le tour du secteur que vous dirigez, qui a choisi comme sujet d’espagnol au baccalauréat le conte « El muchacho de Camagüey » de l’écrivain espagnol Luisgé Martin. Et ce, après avoir consacré à Cuba tout un chapitre de l’année scolaire, laissant de côté le grand nombre d’excellents écrivains cubains reconnus à l’échelle internationale, qui auraient apporté aux élèves de véritables connaissances concernant la culture et la réalité de l’île.

Nous considérons ce choix du jury comme une subtile agression contre la réalité socio-culturelle de notre pays.

Nous soulignons que malgré les difficultés économiques aggravées par la crise que traverse le monde et le blocus brutal exercé par gouvernement des États-Unis depuis plus de cinquante ans, il n’y a pas eu une seule fermeture d’école à Cuba.

L’UNESCO considère le niveau culturel et de scolarisation des citoyens cubains parmi les plus élevés de la planète.

En tant que résidents cubains en France, fiers des conquêtes de notre Révolution, nous regrettons cette manipulation contre notre pays et souhaitons vivement que le Ministère de l’Éducation, formateur des nouvelles générations, reste fidèle à la vérité.

Avec Cuba dans le coeur et dans la pensée,

Cristobal Danilo Campos Aveillé

Virgilio Ponce

Felina Martínez

Vilma Suárez

Source :

http://eldiablo.over-blog.org/article-la-propagande-anti-cubaine-

 

De son côté, l’association « France-Amérique Latine » a publié le communiqué suivant :

 

Un sujet de bac qui équivaut à un réquisitoire contre le système cubain.

 

L’association France Amérique Latine s’efforce de faire connaître les cultures des peuples d’Amérique Latine, leurs espoirs, leurs élans novateurs, leurs combats et leurs succès dans la défense des droits de l’Homme. Elle a pris connaissance avec stupeur du contenu du sujet de LV1 espagnol pour la session 2012 du baccalauréat L, ES et S, intitulé « El muchacho de Camagüey ».

En effet les candidats sont conduits par un texte tendancieux et un questionnement orienté à présenter Cuba comme un pays misérable où le gouvernement affame le peuple, où règnent la peur et la répression et où des policiers peu scrupuleux montent des pièges visant à châtier toute velléité d’expression.

Ce sujet d’examen national, qui clôturera pour de nombreux adolescents l’étude de la langue, des cultures et des civilisations hispaniques, présente de Cuba une vision caricaturale et mensongère.

Il ne relève en aucun cas de l’information ni de l’analyse mais n’est que propagande et reproduction des stéréotypes véhiculés par une presse et une littérature peu soucieuses de donner à leurs lecteurs les moyens de comprendre des réalités complexes.

La plupart des questions de compréhension et d’expression, auxquelles les élèves doivent répondre, les guident vers une présentation manichéenne de la situation du pays : pauvreté, famine, maigreur des habitants, manque de biens les plus courants, conditions désastreuses imputables aux choix économiques gouvernementaux, censure, sentiment de méfiance et représailles généralisées.

Ces questions conduisent les élèves à énoncer des contrevérités qui s’ancreront dans leurs mémoires. Elles témoignent de la volonté de donner de Cuba une vision unilatérale conforme à la propagande la plus outrancière, la moins renseignée, et ne permettent en aucun cas la réflexion nuancée que nécessite une réalité évolutive et contrastée.

Elles empêchent toute expression divergente puisqu’aucune ouverture, ni dans le texte de Luisgé Martín, ni dans le questionnement qui l’accompagne, n’est laissée aux élèves pour déceler ou présenter des aspects qu’ils ont sans nul doute étudiés au cours de leur scolarité avec leurs professeurs d’espagnol ou d’histoire géographie : les conséquences du blocus économique dont le pays est la cible depuis 50 ans, les progrès sociaux réalisés dans le pays d’Amérique latine où l’espérance de vie et le niveau de santé et de culture sont les plus élevés, le système économique qui assure les biens de base à tous, les débats qui traversent actuellement la société cubaine et amorcent une ouverture politique...

France Amérique Latine déplore le choix d’un sujet partisan et manipulateur qui heurte très certainement la conscience professionnelle des professeurs d’espagnol, soucieux de développer chez leurs élèves la tolérance, l’esprit de recherche, le sens de la nuance ou tout simplement l’acquisition de connaissances fondées sur une étude rigoureuse.

Notre association s’étonne que le ministère de l’Education Nationale et l’Inspection Générale d’espagnol aient pu donner leur aval à un sujet présentant cette vision caricaturale et dénigrante d’un pays qui mérite une approche critique, plurielle, ouverte et républicaine. Notre association sollicite donc une entrevue avec les services responsables de ce choix.

 

pour lire le sujet de bac LV1 L/ES/S espagnol :

http://www.cafepedagogique.net/Documents/bac2012/ES_S_Espagnol-LV1_2012.pdf

http://www.cafepedagogique.net/Documents/bac2012/L_Espagnol-LV1_2012.pdf

pour lire le billet de Jean Ortiz :

http://antifranquisme.hautetfort.com/archive/2012/06/25/sujet-du-bac-

 

bibliomule.jpg

 Non, ce n’est pas un des honorables membres

 de la Commission des sujets du Bac,

 c’est une bibliomule.

 

 Le gouvernement d’Hugo Chavez, soucieux d’émuler (oui, bon) les Cubains (alphabétisation : 98%) a imaginé cet ingénieux moyen d’alimenter en livres les villages les plus reculés du Vénézuela.

 

*

 

Quelle différence entre le sujet proposé aux étudiants en médecine humanitaire et celui proposé, au baccalauréat, aux étudiants en langue espagnole ? C’est que le premier est basé sur des faits rigoureusement exacts et avérés, alors que le second, pris dans un ouvrage de fiction, certes, n’énonce qu’une très tendancieuse série de mensonges (la fiction a bon dos); c'est que le premier laisse libre l'appréciation des élèves et que le second la sollicite, d'une manière qui va jusqu'à l'intimidation.

Nul doute que ces Messieurs du CRIF, groupes de pression de Lannion, Rennes, Paris et autres lieux, et surtout MM. Vincent Berger et Alexandre Steyer, vont enfourcher le quadrupède ailé de leurs grands principes et stigmatiser comme ils le méritent ces propagandistes à gages déguisés en fonctionnaires de l’Éducation Nationale. Que le Pr. Oberlin se sente un peu moins seul...

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 6 juillet 2012 par Catherine L.

 

 

 

 

 

 

 

 

29/05/2010

Encore Patrick Ledent

 

BP Catastrophe - US Navy bis

 

 

Encore Patrick Ledent

                                                                   (suite impromptue)

 

Le post de Marie sur l’actualité d’il y a quinze jours, vous vous en serez aperçus, est en rade. Pépins de santé, très chers amis en visite... tous les prétextes lui ont été bons  pour tirer au flanc. Elle cravache, paraît-il, pour rattraper.
Pendant ce temps, la Belgique n’a de nouveau plus de gouvernement. Ce n’est pas comme si c’était rare. C’est même, peut-on dire, une spécialité nationale. Ce n’est pas non plus comme s’il y avait lieu de s’en plaindre : pendant les longues, très longues, périodes « sans », le personnel politique ne peut qu’expédier les affaires courantes. Pendant les courtes, très courtes, périodes « avec », il se rattrape (comme bientôt Marie) en prenant à la hussarde les décisions que seul peut prendre un exécutif en exercice, comme, par exemple, de débrancher d’une preste pichenette les insuffisants respiratoires (les vieux et les pauvres s’entend). On adore avoir un gouvernement.

Mais il faut que j’arrête de marcher sur les plates-bandes de mon estimée consoeur. Retenez juste que les Belges n’ont, pour l’instant et pour longtemps, pas de gouvernement, et que les voilà derechef de corvée de vote le 13 juin prochain.
Or, mon nouvelliste liégeois préféré, qui est un citoyen exemplaire, va jusqu’à lire dans les gazettes ce que racontent les candidats. (Dieux du ciel où va-t-il chercher le courage ?) D’où la lettre qu’il vient d’envoyer à une douzaine de personnes triées sur son volet (dont moi) et sans Facebook svp ! Puisque je n’ai pas de secrets pour vous, la voilà. (Métro est un machin distribué gratuitement chaque matin dans toutes les gares – en français au sud, en flamand au nord – histoire de convenablement formater le cerveau des navetteurs pas encore chômeurs.)


élections

 

Chères amies,
Chers amis,

Je lis dans "métro" une interview de l'eurodéputé socialiste Marc TARABELLA. Ce dernier rapporte qu'une taxe minime, de 0.025%, sur les transactions financières rapporterait 135 millards d'euros par an à l'Europe.


On va supposer que les chiffres sont à peu près exacts et qu'il n'y a pas de faute de frappe...

Je n'ai pas tiqué sur les 135 milliards. Il y a belle lurette que l'on entend (même moi) valser des chiffres du même ordre. Le milliard est une unité de mesure courante. Elle l'était déjà à l'époque du franc belge et, bizarrement, elle n'a pas dû être convertie au moment du passage à l'euro. C'est à n'y rien comprendre ! J'ai dû relire, par contre, à plusieurs reprises, le 0,025%, tant ce taux d'imposition ne m'était pas familier. Les taux d'imposition moyens des revenus du travail d'un ménage (35%, soit 1400 fois plus) ou de la TVA (21%, soit 840 fois plus) m'étaient plus familiers.

Si familiers qu'il m'apparaissait normal, à moi, par souci d'équité, d'aligner le taux de taxation des transactions financières sur le taux moyen de la TVA en Europe (environ 20%, soit 800 fois plus). Ceci , bête règle de Troie, permettrait donc d'engranger chaque année des économies de 135 x 800 milliards d'euros, soit 108.000 milliards d'euros, juste un peu plus que le nombre de sonnets potentiels chers à Raymond Queneau.

Avec ça on pourrait renouveler 1.080 fois chaque année (c'est-à-dire trois fois par jour) le plan d'aide à la Grèce, fixé à environ 100 milliards d'euros. Ceci sans toucher aux revenus de ses travailleurs. Ça me paraît tellement fou que j'en viens à me demander s'il n'y a pas vraiment une faute de frappe dans la gazette. Mais bah ! On n'a que le plaisir que l'on se donne, n'est-ce pas ?

C'est bien, hein ? Il nous resterait encore une petite poire pour la soif. Par exemple, de quoi sauver chaque année, et toutes les nonante minutes cette fois, soyons pois chiches, la Wallonie, après la scission. Ou toutes sortes d'autres applications qui laissent rêveurs.

Si on a encore soif, après, on peut instaurer un impôt sur la fortune pour les pays qui en sont dépourvus, revoir le taux d'imposition des héritages, du revenu de l'argent, des placements extraboursiers, etc.

Que les plus frileux d'entre vous se rassurent, la mesure avancée par Marc TARABELLA n'est, dieu soit loué, pas encore votée. On y pense seulement. Pour certains, on y pense tant que l'intéressé, à la veille de la présidence européenne belge, est d'ores et déjà traité de communiste. Il faudra par conséquent trouver un arrangement. Soit oublier cette mauvaise idée, soit réfléchir ensemble à un taux de taxation moins usuraire.

Voilà, ça va mieux quand c'est dit !

Pat

 

L'argent - LibertéL'argent - égalitéL'argent - fraternité

__________     

 

balançoire

Balançoire que tout ça !

 

 

*

 

C’est drôle : pendant que je copiais-collais à votre intention la lettre de Patrick, voici qu’il m’en arrive une autre. De Michel Collon. Qui s’en est allé à Genève interviewer Jean Ziegler.

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à parler de milliards, et même de milliards de presque morts, comme de la pluie et du beau temps ? !

 

*


Jean Ziegler interviewé par Michel Collon :

« Les enfants du tiers monde meurent à cause des gangsters de la Bourse »


Dans ses livres qui ont marqué l'opinion, Jean Ziegler n'a cessé de dénoncer le caractère absurde et criminel des politiques du capitalisme envers les peuples du tiers monde. Il a été le rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation du Conseil des droits de l'homme aux Nations unies de 2000 à 2008. Michel Collon l'a interrogé à Genève sur la crise, la Bourse, la faim, Obama, Israël...

Jean-Ziegler-1-2CollonMichel

La crise t’a surpris ?

Dans sa violence, oui. Je ne pensais pas que les truands de la finance allaient ruiner l’économie mondiale à une telle vitesse : 1.800 milliards de valeurs patrimoniales ont été détruites. Pour les pays du tiers-monde, c’est une catastrophe totale. Mais aussi pour les pays industrialisés.

 

Ce sont encore les pauvres qui paient ?

Oui. Le 22 octobre 2008, les quinze pays de l’euro se sont réunis à Paris. Sur le perron de l’Elysée, Merkel et Sarkozy ont dit : « Nous avons libéré 1.500 milliards d’euros  pour le crédit et pour augmenter le  plafond d’autofinancement de 3 à 5% ». La même année, les mêmes pays européens ont réduit leurs subventions pour le programme alimentaire mondial (qui ne vit que de ces subventions) de 40 %. De six milliards de dollars à moins de quatre milliards.
Ce qui fait qu’au Bangladesh, on a supprimé les repas scolaires. Un million d’enfants  sont gravement et en permanence sous-alimentés. Ces enfants meurent donc à cause des gangsters de la Bourse. Il y a là des morts véridiques. Les spéculateurs, aujourd’hui, devraient être jugés au tribunal de Nuremberg.

 

Quelle leçon les puissants ont-ils tiré de la crise ?

Aucune. Prenons l’exemple de la Suisse. Le contribuable suisse y a payé 61 milliards de dollars pour le sauvetage de la plus grande banque : UBS. L’an dernier, en 2009, les dirigeants d’UBS, toujours proches de la  faillite, se sont distribué entre eux des bonus pour quatre milliards de francs suisses ! Le pillage est total et l’impuissance des gouvernements qui se comportent comme des mercenaires est totale aussi. En tous les cas en Suisse, en France, en Allemagne où j’ai quelques renseignements. C’est un scandale permanent.
Le masque néolibéral est tombé, évidemment, avec sa prétendue légitimité. Mais le cynisme et  l’arrogance des banquiers triomphent totalement.


Et du côté du public, sens-tu une évolution ?

Non, si tu regardes les chiffres, ils sont catastrophiques. Toutes les cinq secondes, un enfant meurt de faim. 47.000 personnes meurent de faim tous les jours. Un milliard de personnes (c’est-à-dire un homme sur six) sont gravement et en permanence  sous-alimentés. Alors que l’agriculture mondiale dans l’état actuel de son développement pourrait nourrir sans problème douze milliards d’êtres humains avec 2.700 calories par individu par jour ! Donc, au début de ce siècle, il n’y a plus aucune fatalité. Un enfant qui meurt de faim, au moment où nous parlons, est assassiné. C’est catastrophique.
L’ordre mondial du capital financier globalisé est meurtrier - épidémies, décès par la pollution de l'eau , etc… - et en même temps absurde : il tue sans nécessité. C’est l’ordre des oligarchies et du capital financier mondialisé. Sur le plan de la lutte contre la faim, l’échec est total.


Tu as été, de 2000 à 2008, le rapporteur des Nations-Unies sur le problème de la faim dans le monde. Quel bilan tires-tu ? As-tu servi à quelque chose ?

Oui. La conscience a augmenté. Plus personne aujourd’hui, ne considère ce massacre quotidien comme un fait de la nature. On va en Europe, je crois, et en tout cas dans les pays de la périphérie, vers une insurrection des consciences. Il faut une rupture radicale avec ce monde cannibale.
Alors que le problème de la faim n’est pas résolu, on dépense de plus en plus pour faire la guerre.
En 2005, pour la première fois, les dépenses mondiales d’armement (pas les budgets militaires, juste les dépenses  d’armement) ont dépassé mille milliards de dollars par an. Nous vivons dans un monde d’une absurdité totale.


Obama avait pourtant fait de belles promesses…

Il est vrai qu’Obama suit totalement la surdétermination de l’Empire. Je ne l’ai jamais rencontré, c’est sûrement quelqu’un de bien, mais la réalité qu’il affronte est effrayante. Les Etats-Unis restent la plus grande puissance industrielle au monde : 25 % des marchandises industrielles sont produites  par eux, avec pour matière première le pétrole : 20 millions de barils par jour, dont 61% sont importés. On peut l’importer de régions comme le Moyen-Orient ou l’Asie centrale, ce qui  les amène à maintenir une force armée totalement hypertrophiée, et le budget fédéral est donc complètement parasité par les crédits militaires… Mais telle est la logique de l’Empire.


Quel est ton sentiment sur ce qui se passe maintenant en Israël et comment cela peut-il évoluer ?

Je pense que Tel-Aviv dicte la politique étrangère des Etats-Unis avec le lobby de l’AIPAC, comme puissance déterminante.


Avant les politiciens, ce sont quand même d’abord les multinationales pétrolières qui décident d’armer Israël.

Oui, la logique fondamentale est que pour les intérêts pétroliers, il faut un porte-avion stable. Et l’Etat d’Israël mène - ce n’est pas moi qui le dit, c’est un rapporteur spécial des territoires occupés - une politique permanente de terrorisme d’Etat. Tant que ce terrorisme continue, il n’y aura pas de paix au Moyen-Orient, il n’y aura pas de fin au conflit Iran - Irak, ni rien du tout. Tout est sans issue sauf si enfin l’Union européenne se réveillait, tu comprends ?


Que pouvons-nous faire, nous Européens, pour la réveiller ?

Depuis juin 2002 existe un accord de  libre échange entre Israël et les 27 pays de l’Union européenne, qui absorbent 62% des exportations  israéliennes. Dans cet accord, l’article 2 (c’est le même dans tous les traités de libre échange) dit : "le respect des droits de l’homme par les parties contractantes est  la condition pour la validité de l’accord". Mais les violences faites aux Palestiniens - vol de la terre, torture permanente, éliminations extrajudiciaires, assassinats, organisation de la sous-alimentation comme "punition" collective – tout cela, ce sont des violations permanentes des droits de l’homme les plus élémentaires. Si la Commission européenne suspendait pendant 15 jours l’accord de libre-échange, les généraux israéliens reviendraient à la raison immédiatement. Or, l’Europe des 27, ce sont des démocraties, c’est à nous de jouer, nous, opinions publiques.


Comment ?

Il faut forcer nos gouvernements. Nous ne sommes pas impuissants. En Belgique, il y a beaucoup de problèmes, en Suisse et en France aussi. Mais une chose est certaine : les libertés publiques existent. Il faut se saisir de ces libertés publiques pour imposer à nos gouvernements un changement radical de politique, c’est tout. S’ils ne le font pas, alors il ne faut plus voter pour eux, tu comprends, c’est aussi simple que ça !


Mais tous ces gouvernements sont d’accord de soutenir Israël. En France, par exemple, que ce soit l’UMP ou le PS, ils soutiennent Israël.

Soutenir la sécurité et la permanence d’Israël, c’est une chose. Mais cette complicité avec le terrorisme d’Etat et la politique de colonisation, ce n’est pas possible. C’est la négation de nos valeurs, c’est « du fascisme extérieur » : c’est-à-dire que nos valeurs sont démocratiques à l’intérieur de nos frontières et à l’extérieur, nous pratiquons le fascisme par alliance.


Et enfin, le rôle des médias dans tout ça ?

Ils sont complètement soumis. Notamment en période de crise, les journalistes ont peur pour leur  emploi. L’agressivité du lobby israélien est terrible. Moi, j’ai subi la diffamation la plus effroyable, et ça continue aux Nations-Unies d’ailleurs, c’est grâce à Kofi Annan que j’ai survécu. Israël est un danger pour la paix du monde, Israël cause d’effroyables souffrances. Et dans ce pays, les opposants comme Warschawski sont complètement marginalisés. Mais si l’opposition israélienne anticoloniale et anti-impérialiste n’a pas la parole, n’a pas d’influence, eh bien, nous allons vers la catastrophe. Il faut soutenir les opposants.


Et le rôle des médias à propos de la crise ?

La crise est présentée comme une fatalité, une catastrophe naturelle. Alors que les responsables sont identifiés !

 

*

 

Catastrophe d'Issy

___________________   

La catastrophe d'Issy.

Le patron - Toujours aimable, ce cher Président !... Le fait est que notre douleur sera grande ! C'est une affaire qui va peut-être nous coûter cher !

 

*

 

Comme le faisait remarquer ce matin Thomas Gunzig dans Café serré, chronique matinale (RTBF-La Première - 8h30) où il s'essaie à jouer les Stéphane Guillon belge :  «  Il paraît qu'un milliard d'humains meurent de faim. Voyons le bon côté des choses : ça en fait quand même cinq milliards qui s'en tirent. »


*

 

Illustrations :

Catastrophe BP -
Photo US Navy - Mai 2010
L'argent,
trois dessins de Frantisek KUPKA (1871-1957) pour L'Assiette au beurre (de la série "Danse macabre ou l'Argent" - 1901 à 1907)
« Balançoire que tout ça ! »,
même série de KUPKA pour L'Assiette au beurre.
La catastrophe d'Issy (explosion dans une fabrique d'armes de la région parisienne, qui fit 17 morts en juin 1901), dessin de Théodore-Alexandre Steinlein (1859-1923) pour L'Assiette au beurre du 27 juin 1901.

 


LIVRES

Jean Ziegler (énumération non exhaustive)


Les Rebelles contre l'ordre du monde, Seuil,
1983, 1997.
# Les Seigneurs du crime : les nouvelles mafias contre la démocratie,
Seuil, 1998.
# Le Livre noir du capitalisme,
co-auteur, Édition Temps des Cerises, 1998.
# La Faim dans le monde expliquée à mon fils,
Seuil, 1999.

# Les Nouveaux Maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Éditions Fayard, Paris, 2002. 
# Le Droit à l'alimentation,
Mille et une nuits-Arthème Fayard, 2003.
# L'Empire de la honte, Éditions Fayard, Paris, 2005.


Michel Collon


- Attention, médias ! Médiamensonges du Golfe - Manuel Anti-manipulation,
EPO, Bruxelles, 1992
- Poker menteur, Les grandes puissances, la Yougoslavie et les prochaines guerres
, EPO, Bruxelles, 1998
- Monopoly, L'Otan à la conquête du monde,
EPO, Bruxelles, 2000
- L'Empire en guerre,
(ouvrage collectif), Le Temps des Cerises, Paris, 2001
- Médias et Censure
(ouvrage collectif), Ed. Université de Liège, 2004
- Bush, le cyclone, Les lois économiques qui mènent à la guerre, la pauvreté et d'autres crimes,
Oser dire, 2005
- Les 7 Péchés d'Hugo Chavèz,
Investig'Action/Couleur livres, Bruxelles/Charleroi, 2009
- Israël, Parlons-en !
, Investig'Action/Couleur livres, Bruxelles/ Charleroi, 2010


FILMS

Michel Collon

- Avec Carlos Fittoria : Sous les bombes de l'Otan, reportage, 45', Bruxelles, 1999
- Avec Vanessa Stojilkovic : Les Damnés du Kosovo ; documentaire, 78', Bruxelles, 2002
- Avec Vanessa Stojilkovic : Bruxelles - Caracas ; documentaire, 78', Bruxelles, 2007

 

posté par Catherine L.

 

 

Dernière minute...

Travail de cimenteurs en Afrique et de briquetiers au Bengladesh.

Trois vidéos reçues d'une autre Marie (Paule)...

 

 

 

 

...sur ces athlètes qui seraient médailles d'or si leurs disciplines étaient homologuées par les Jeux olympiques. Simplets qui gagneraient des millions s'ils se contentaient de taper sur des baballes avec des raquettes au lieu de se rendre utiles.