13/06/2012

Est-il bien utile de rouvrir juste avant la troisième guerre mondiale ?

 

 

Bataille de Lépante.JPG



EST-IL BIEN UTILE DE ROUVRIR

JUSTE AVANT

LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE ?


 

Oui, Théroigne a déménagé. On vous en parle après. Mais qu’est-ce qu’un changement de pénates, même forcé, quand les risques d’un conflit planétaire, atomique bien entendu, n’ont jamais été aussi grands ni aussi proches ?... quand l’effondrement planifié de l’Europe s’accélère sans recours ?

 

Apocalypse (substantif féminin) : dévoilement.

 

C’est pourquoi nous rouvrons sur la Syrie.

Vous avez aimé Katyn, Oradour, Sabra et Chatila, Fallujah, Abou Ghraib, voire Timisoara ? Vous adorerez Houla.

De quoi s’agit-il ? D’un massacre. Perpétré froidement, avec préméditation, par des tueurs d’Al Qaeda, oeuvrant pour le compte de l’oligarchie dite « occidentale », dans le but d’en faire accuser le président élu (M. Bachar el-Assad) d’un pays (la Syrie) que l’on veut conquérir ou à tout le moins détruire, si on n’y arrive pas. Et pourquoi n’y arriverait-on pas ? Parce que la Russie et la Chine s’y opposent. Et – mais, chut – parce qu’aucun jour ne se passe sans qu’au moins un jeune soldat U.S. ne se suicide. Les suicides aux armées, c’est comme un robinet qui fuit goutte à goutte, cela finit par faire monter la facture. Et c’est malsain pour le moral de (ce qui reste de) la nation. Bref, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour gagner des guerres.

On ne vous le rappelle ici que pour mémoire : les joyeux drilles  aux commandes du Titanic dont nous sommes les passagers ont jeté leur dévolu sur l’Asie Centrale (théorie de Zbigniew Brzeziński, v/son livre Le grand échiquier). Ils ont depuis lurette passé par profits et pertes le territoire des États-Unis, citron ultra-pressé qu’ils abandonnent aux hordes immigrées ou descendantes d’esclaves laissées à pourrir sur ce qui ne sera bientôt plus qu’une décharge, et, dans leur irrésistible ruée vers le Far-Est, « remodèlent » le Moyen-Orient, en avalant - démembrant et réduisant à néant - un pays après l’autre : Palestine, Afghanistan, Liban, Irak, Libye, Égypte et, maintenant, Syrie. On vous passe l’Afrique, maître-pion.

Conjointement, le même sort a été infligé à la Yougoslavie. En attendant mieux, car il faut bien entendu que l’Europe y passe. Pas question, n’est-ce pas, de laisser debout, dans son dos, un allié capable de vous faire défaut – ou même des misères – quand on sera aux prises avec le gros morceau qu’on a décidé de gober : Russie, Inde, Chine. Tout l’art dans ces sortes de choses est de se faire aider par quelques-unes de ses futures victimes : « Union européenne», Arabie saoudite, Qatar, Turquie, Israël-en-Palestine, etc. Cela, c’est l'état présent de l’échiquier de Monsieur B. tel que le voient ceux qui ne ferment pas les yeux exprès.

Qu’y a-t-il en face ? Vladimir Poutine, grand joueur d’échecs il est vrai, Madame Arundhati Roy et quelques Chinois aux noms imprononçables mais qu’importe, rappelez-vous juste «Tien’anmen» c’est tout ce qu’on vous demande.

Qu’y a-t-il ailleurs, en guise de frein ou, si on veut d’épine, dans le pied de Frankenstein ? Une Amérique Latine qui, à force d’héroïsme, lui échappe, dont il ne sait que l’affamer et assassiner ses hommes politiques d’envergure, faute d’oser l’affronter à la loyale. Course de vitesse et d'endurance dont on ne sait pas encore qui la gagnera.

Puisque la Syrie semble devoir jouer demain, à son corps défendant, le rôle de dépêche d’Ems, d’éventail d’Abd el-Kader, d’archiduc de Sarajevo pour déclencher la der des der, voyons où en sont les choses au moment où nous rebranchons.

Dans la cohorte des merdias qui lobotomisent les foules aux gages des pirates du Titanic, y a-t-il encore des journalistes capables d’autre chose que de propagande mercenaire ? Grâces en soient rendues aux dieux ou au diable, il en reste quelques-uns. Pas beaucoup. À tout seigneur tout honneur :

 

Guerre nucléaire.jpg

  

LE CONFLIT SYRIEN RISQUE DE DÉGÉNÉRER EN GUERRE MONDIALE

 

Coups de semonce russes

 

par Thierry Meyssan

 

La crise syrienne a changé de nature. Le processus de déstabilisation qui devait ouvrir la voie à une intervention militaire légale de l’Alliance atlantique a échoué. Ôtant leur masque, les États-Unis ont publiquement évoqué la possibilité d’attaquer la Syrie sans l’aval du Conseil de sécurité, comme ils le firent au Kosovo. C’était feindre d’ignorer que la Russie de Vladimir Poutine n’est pas celle de Boris Eltsine. Après s’être assuré du soutien chinois, Moscou a tiré deux coups de semonce en direction de Washington. La continuation des violations du droit international par l’OTAN et le CCG risque désormais d’ouvrir un conflit mondial.

RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS (SYRIE) | 9 JUIN 2012

 

 

Poutine 9.jpg

Lors de la célébration de la victoire contre le nazisme, le 9 juin dernier, le président Vladimir Poutine a insisté sur la nécessité pour la Russie de se tenir prête à un nouveau sacrifice.

 

Le président Vladimir Poutine a placé son troisième mandat sous le signe de l’affirmation de la souveraineté de son pays face aux menaces directement lancées contre la Fédération de Russie par les États-Unis et l’OTAN. Moscou a maintes fois dénoncé l’élargissement de l’OTAN, l’installation de bases militaires à ses frontières et le déploiement du bouclier antimissile, la destruction de la Libye et la déstabilisation de la Syrie.

Les jours suivant son intronisation, M. Poutine a passé en revue l’industrie militaire russe, ses forces armées, et son dispositif d’alliance [1]. Il a poursuivi cette mobilisation en choisissant de faire de la Syrie la ligne rouge à ne pas franchir. Pour lui, l’invasion de la Libye par l’OTAN est comparable à celle de la Tchécoslovaquie par le IIIe Reich, et celle de la Syrie —si elle devait avoir lieu— serait comparable à celle de la Pologne qui déclencha la Deuxième Guerre mondiale.

Toute interprétation de ce qui se passe actuellement au Levant en termes intérieurs syriens de révolution/répression est non seulement faux, mais dérisoire au regard des vrais enjeux et relève de la simple communication politique. La crise syrienne est avant tout une étape du « remodelage du Moyen-Orient élargi », une nouvelle tentative de détruire « l’Axe de la Résistance », et la première guerre de «  la géopolitique du gaz » [2]. Ce qui se joue actuellement en Syrie, ce n’est pas de savoir si Bachar el-Assad parviendra à démocratiser les institutions qu’il a reçues en héritage ou si les monarchies wahhabites du Golfe parviendront à détruire le dernier régime laïque de la région et à imposer leur sectarisme, mais quelles frontières séparent les nouveaux blocs, OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord) et OCS (Organisation de coopération de Shanghai) [3].

Certains de nos lecteurs ont probablement sursauté à la lecture de la phrase précédente. En effet, depuis des mois, les médias occidentaux et du Golfe leur martèlent à longueur de journées que le président el-Assad incarne une dictature sectaire au profit de la minorité alaouite, tandis que son opposition armée incarne la démocratie pluraliste. Un simple regard sur les événements suffit à discréditer cette présentation mensongère. Bachar el-Assad a convoqué successivement des élections municipales, un référendum et des élections législatives. Tous les observateurs se sont accordés à dire que les scrutins se sont déroulés de manière sincère. La participation populaire a atteint plus de 60 % alors même que les Occidentaux les ont qualifiés de « farces » et que l’opposition armée qu’ils soutiennent a empêché les citoyens de se rendre aux urnes dans les quatre districts qu’ils contrôlent. Dans le même temps, l’opposition armée a multiplié les actions non seulement contre les forces de sécurité, mais contre les civils et tous les symboles de la culture et du multi-confessionnalisme. Ils ont assassiné les sunnites progressistes, puis tué au hasard alaouites et chrétiens pour contraindre leurs familles à fuir. Ils ont brulé plus de mille cinq cents écoles et églises. Ils ont proclamé un éphémère Emirat islamique indépendant à Baba Amr où ils ont institué un Tribunal révolutionnaire qui a condamné à mort plus de 150 mécréants, égorgés un à un en public par leur bourreau. Et ce n’est pas le pitoyable spectacle de quelques politiciens dévoyés, réunis au sein d’un Conseil national syrien en exil, affichant un projet démocratique de façade sans rapport avec la réalité de terrain des crimes de l’Armée « syrienne » libre, qui masquera plus longtemps la vérité. Au demeurant, qui peut croire que le régime laïque syrien, dont l’exemplarité était célébrée il y a peu, serait devenu une dictature confessionnelle, tandis que l’Armée « syrienne » libre, soutenue par les dictatures wahhabites du Golfe et obéissant aux injonctions de prédicateurs takfiristes serait un parangon du pluralisme démocratique ?

L’évocation par des dirigeants US d’une possible intervention internationale hors mandat de l’ONU, à la manière dont l’OTAN avait démembré la Yougoslavie, a suscité inquiétude et colère à Moscou. La Fédération de Russie, qui jusqu’ici se tenait en position défensive, a décidé de prendre l’initiative. Ce changement stratégique est dû à l’urgence de la situation du point de vue russe, et à l’évolution favorable sur le terrain en Syrie [4].

Moscou a proposé de créer un Groupe de contact sur la Syrie qui réunirait l’ensemble des États concernés, c’est-à-dire à la fois les Etats voisins, les puissances régionales et internationales. Il s’agit de substituer un forum de dialogue à l’actuel dispositif belliqueux mis en place par les Occidentaux sous le vocable orwellien de « Conférence des Amis de la Syrie ».

La Russie continue à soutenir le Plan Annan —qui est en fait la reprise à peine modifiée du plan présenté par Sergey Lavrov à la Ligue arabe—. Elle déplore que ce plan ne soit pas appliqué, mais rejette la culpabilité sur la faction de l’opposition qui a pris les armes. Selon A.K. Lukashevich, un des porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l’Armée « syrienne » libre est une organisation illégale au regard du droit international. Bien qu’elle assassine chaque jour 20 à 30 soldats syriens, elle est publiquement soutenue par les États de l’OTAN et du CCG en violation du Plan Annan [5].

Se posant en faiseur de paix face à une OTAN faiseur de guerre, Vladimir Poutine a demandé à l’OTSC de se préparer à déployer des « chapkas bleues » en Syrie, à la fois pour séparer les belligérants syriens et pour combattre les forces étrangères. Nicolai Bordyuzha, secrétaire général de l’OTSC, a confirmé qu’il dispose de 20 000 hommes formés pour ce type de mission et immédiatement disponibles [6]

Ce serait la première fois que l’OTSC déploierait une force de paix hors de l’ancien espace soviétique. Piqué au vif, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a tenté de saboter cette initiative en proposant soudainement d’organiser lui aussi un Groupe de contact.

Réunissant à Washington le groupe de travail sur les sanctions de la Conférence des Amis de la Syrie, la secrétaire d’Etat US Hillary Clinton a fait fi de la proposition russe et a surenchéri en faveur d’un changement de régime [7].

En Turquie, des parlementaires d’opposition ont visité les camps de réfugiés syriens. Ils ont constaté l’absence de plus d’un millier de réfugiés enregistrés par les Nations Unies dans le principal camp et, au contraire, la présence d’un arsenal dans le camp. Ils ont alors interrogé à l’Assemblée le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan exigeant qu’il révèle le montant de l’aide humanitaire accordée aux réfugiés fantômes. Les députés considèrent que le camp de réfugiés est une couverture pour une opération militaire secrète. Il abrite en réalité des combattants, principalement libyens, qui l’utilisent comme base arrière. Les députés ont émis l’hypothèse que ces combattants sont ceux qui se sont introduits dans le district de Houla lorsque le massacre a été perpétré.

Ces informations confirment les accusations de l’ambassadeur russe au Conseil de sécurité, Vitaly Churkin, selon lesquelles, le représentant spécial de Ban Ki-moon en Libye, Ian Martin, a utilisé des moyens de l’ONU destinés aux réfugiés pour acheminer en Turquie des combattants d’Al Qaeda [8].

En Arabie saoudite, la fracture entre le roi Abdallah et le clan des Sudeiris s’est à nouveau manifestée. À l’invitation d’Abdallah Ier, le Conseil des oulémas a publié une fatwa stipulant que la Syrie n’est pas une terre de jihad. Mais, dans le même temps, le prince Fayçal, ministre des Affaires étrangères appelait à armer l’opposition contre « l’usurpateur alaouite ».

La journée du jeudi 7 juin a été riche en événements. Alors que Ban Ki-moon et Navi Pillay, respectivement secrétaire général et Haut-commissaire aux Droits de l’homme, dressaient leur réquisitoire contre la Syrie devant l’Assemblée générale de l’ONU, Moscou a procédé à deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux.

 

Missile Boulova Ria Novosti.jpg

Le missile Boulava tire son nom d’une antique masse d’arme slave faisant office de bâton de maréchal des armées cosaques.

 

Le colonel Vadim Koval, porte-parole du RSVN, a admis le test d’un Topol —lancé depuis un silo près de la Caspienne—, mais n’a pas confirmé celui d’un Boulava depuis un sous-marin en Méditerranée. Cependant, le tir a été observé dans tout le Proche-Orient, d’Israël à l’Arménie, et il n’existe aucune autre arme connue qui puisse laisser de telles traces dans le ciel [9].

Le message est clair : Moscou est prêt à la guerre mondiale, si l’OTAN et le CCG ne se plient pas aux obligations internationales telles que définies par le Plan Annan, et persistent à alimenter le terrorisme.

Selon nos informations, ce coup de semonce avait été coordonné avec les autorités syriennes. De même que Moscou avait encouragé Damas à liquider l’Émirat islamique de Baba Amr sitôt l’autorité du président el-Assad confirmée par le référendum constitutionnel, de même il a encouragé le président à liquider les groupes de mercenaires présents dans le pays sitôt le nouveau Parlement et le nouveau Premier ministre installés. L’ordre a été donné de passer d’une stratégie défensive à une action offensive pour protéger la population du terrorisme. L’armée nationale est donc passée à l’attaque des bastions de l’Armée « syrienne » libre. Les combats des prochains jours s’annoncent difficiles, d’autant que les mercenaires disposent de mortiers, de missiles anti-chars et désormais de missiles sol-air.

Pour faire baisser la tension, la France a immédiatement accepté la proposition russe de participation à un Groupe de contact ad hoc. Washington a dépêché en urgence Frederic C. Hof à Moscou. Contredisant les propos tenus la veille par la secrétaire d’État, Hillary Clinton, M. Hof a à son tour accepté l’invitation russe.

Il n’est plus temps de se lamenter sur l’extension des combats au Liban, ni de pérorer sur une possible régionalisation du conflit. Depuis 16 mois qu’ils déstabilisent la Syrie, l’OTAN et le CCG ont créé une situation sans issue qui peut désormais dégénérer en guerre mondiale.

Thierry Meyssan

 

_________________________  

 

[1] Agenda du président Poutine : 
7 mai : investiture du président Vladimir Poutine 
8 mai : nomination de Dmitry Medvedev comme Premier ministre 
9 mai : célébration de la victoire contre l’Allemagne nazie 
10 mai : visite du complexe militaro industriel russe 
11 mai : réception du président abkhaze 
12 mai : réception du président sud-ossète 
14-15 mai : rencontre informelle avec les chefs d’États de l’OTSC. 
18 mai : visite de l’institut de recherche de défense Cyclone 
25 mai : revue des sous-marins atomiques 
30 mai : réunion avec les principaux responsables de la Défense 
31 mai : réunion du Conseil de sécurité russe 
4-7 juin : visite en Chine, sommet de l’OCS 
7 juin : visite au Kazakhstan durant le tir de missile Topol

[2] « La Syrie, centre de la guerre du gaz au Proche-Orient », par Imad Fawzi Shueibi, Réseau Voltaire, 8 mai 2012.

[3] « Moscou et la formation du Nouveau Système Mondial », par Imad Fawzi Shueibi, Traduction Marie-Ange Patrizio, Réseau Voltaire, 13 mars 2012.

[4] « L’affaire de Houla illustre le retard du renseignement occidental en Syrie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 2 juin 2012.

[5] « Comment of Official Representative of the Ministry of Foreign Affairs of Russia A.K. Lukashevich on the Question of Interfax related to the statement made by Representative of so-called Free Syrian Army S.Al-Kurdi », Ministère russe des Affaires étrangères, 5 juin 2012.

[6] « Syrie : Vladimir Poutine propose une Force de paix de l’OTSC », Réseau Voltaire, 3 juin 2012.

[7] « Friends of the Syrian People Sanctions Working Group », déclaration à la presse d’Hillary Clinton, Département d’État, 6 juin 2012.

[8] « La Libye, les bandits-révolutionnaires et l’ONU », par Alexander Mezyaev, Traduction Julia, Strategic Culture Foundation (Russia), Réseau Voltaire, 17 avril 2012.

[9] « 7 juin 2012 : la Russie manifeste sa supériorité balistique nucléaire intercontinentale », Réseau Voltaire, 8 juin 2012.

 

 Source : http://www.voltairenet.org/Coups-de-semonce-russes



***



De l'autre côté de l'Atlantique, ils sont quelques-uns aussi. Tony Cartalucci, par exemple :


PRESSIONS SUR LA RUSSIE :

LES ÉTATS-UNIS SE FRAYENT UN CHEMIN VERS LA VICTOIRE EN SYRIE À COUPS DE MEURTRES EN MASSE.

 

Les USA à la Russie : « Laissez tomber » ou nagez dans notre mer de sang syrien.

 

Par Tony Cartalucci

 

Global Research, le 6 juin 2012

landdestroyer.blogspot.com

 

Alors qu'il s'avère indubitable que la violence qui se déchaîne de plus en plus en Syrie a été préméditée par les planificateurs occidentaux plusieurs années avant que ne se déroule le printemps arabe, et alors que la façade des prétendues « aspirations démocratiques » s'effondre dans le bain de sang perpétré par les extrémistes sectaires qu’ils ont eux-mêmes armés, les officiels US et les gourous des think tanks politiques occidentaux, se confiant à Bloomberg1 ont déclaré que le dernier message adressé à la Russie en vue d’obtenir un changement de régime en Syrie est essentiellement celui-ci : L’escalade de la violence va délibérément continuer, jusqu’à ce qu’un changement de régime ait lieu.  La Russie peut capituler maintenant et participer au changement, ou capituler plus tard et s’en voir exclure comme cela a été le cas en Libye. Bloomberg cite « des officiels US » qui prétendent avoir des contacts avec les Russes pour chercher ensemble une « transition ordonnée ».

 

Cartalucci 1.jpg

Le mémo n°21 sur le Moyen Orient de la Brookings Institution « Assessing Options for Regime Change » ne fait pas mystère de ce que la « responsabilité de protéger » (R2P) humanitaire n’est qu’un prétexte pour imposer un changement de régime projeté depuis longtemps.

 

À quel point les Etats-Unis sont ou croient être près de réussir à renverser le gouvernement syrien est sujet à des estimations diverses. Ce qui n’est pas affaire d’opinion, en revanche, est le fait que les Etats-Unis se sont ouvertement engagés dans une conspiration visant à « saigner à blanc » la Syrie, soit pour au moins limiter de manière définitive son influence géopolitique au Moyen-Orient, soit pour entraîner la chute de son gouvernement. Ceci a été exprimé très clairement dans le susdit Mémo n°21 sur le M.-O. de Brookings Institution2 « Assessing Options for Regime Change ».

« Il reste une alternative : que les efforts de la diplomatie se concentrent d’abord sur la possibilité d’un accès humanitaire, comme cela tente de se faire sous la direction d’Annan. Un tel choix pourrait conduire à l’établissement de havres de paix et de corridors humanitaires, qui seraient étayés par des actions militaires limitées. Ceci, bien etendu, ne remplirait pas les buts poursuivis par les Etats-Unis et pourrait même laisser Assad au pouvoir. De ce point de départ, cependant, il serait possible qu’une large coalition disposant d’un mandat international approprié, soit en mesure d’ajouter davantage d’action corercitive à ces efforts initiaux » (page 4, « Assessing Options for Regime Change », Brookings Institution.)

En pages 8 et 9, le mémo précise :

« Les «Etats-Unis pourraient encore armer l’opposition, tout en sachant qu’elle n’aura jamais assez de puissance pour déloger du pouvoir, à elle seule, Assad et son réseau. Washington pourrait néanmoins choisir de le faire en arguant de ce que fournir à un peuple opprimé une possibilité de résister à ses oppresseurs vaut mieux que ne rien faire du tout, quand bien même le soutien fourni aurait peu de chances de transformer la défaite en victoire »3. Pages 8 et 9, « Assessing Options for Regime Change ».

Pour ceux qui croient en la rhétorique « humanitaire » invoquée par l’Occident pour justifier son ingérence en Syrie, il est clairement hors de question de perpétuer délibérément la violence, et particulièrement la brutale violence sectaire actuellement à l’œuvre, juste pour « garder un ennemi régional en état de faiblesse ». C’est pourtant à partir de cette position d’une totale dépravation morale que l’Occident prétend négocier avec la Russie une « transition ordonnée » en Syrie.

L’Occident s’imagine qu’en continuant à verser le sang à flots et en manipulant l’opinion publique pour lui faire croire que c’est là « l’œuvre du gouvernement syrien », « soutenu par les Russes, les Chinois et les Iraniens », il réussira à culpabiliser ceux qui s’opposent à sa campagne de déstabilisation au point de les faire consentir à son crime contre la paix du monde. Mais la propagande occidentale commence à s'essouffler, face aux medias alternatifs. En outre, le public, fatigué de la guerre sans fin, nourrit de plus en plus de soupçons quant aux motifs de l’engagement occidental en Syrie. L’impact espéré de ce qui se révèle être une atrocité orchestrée par l'Occident en Syrien’a été visible que dans les gros titres de la presse occidentale, pas même dans le corps des paragraphes qui les suivaient. Autrement dit, la manœuvre a fait long feu. Personne n’a été dupe.


BLOG Cartalucci.jpg

Jamais plus ? Temporiser avec la tyrannie ne marche jamais. En 1939, Hitler a signé un pacte de non agression avec l’URSS, qu’il n’a jamais eu l’intention d’honorer. Jusqu’au jour où il a envahi l’URSS en 1941, il a nié son intention d’aller jusqu’à Moscou, prétendant qu’il ne déployait ses troupes aux frontières du pays que « pour les protéger des bombardements anglais ». Aujourd’hui, nous voyons l’OTAN refaire exactement le même chose avec ses boucliers anti-missiles censés protéger la Russie de l’Iran, tout en sapant et en envahissant un allié de la Russie après l’autre. L’apathie et la complicité tacite vis à vis des guerres d’agression peuvent sembler une solution « facile »… aussi longtemps qu’on ne pense pas au prix que les Allemands ont dû payer quand leur chance a fini par tourner.


Ce que les Russes vont décider de faire vis à vis de la Syrie déterminera la forme du champ de bataille sur lequel ils devront combattre lorsqu’ils seront inévitablement forcés d’affronter les machinations croissantes de Wall Street et de Londres.

Une idée fausse dont il faut se garder est que temporiser avec l’Ouest en abandonnant la Syrie comme on l’a fait avec la Libye calmera les ambitions hégémoniques de ceux qui ont inscrit ce programme d’invasions à leur agenda. Comme Hitler niant vouloir envahir l’URSS jusqu’au jour où il l’envahit bel et bien, Wall Street et Londres ont bel et bien l’intention d’aller jusqu’à Moscou et jusqu’à Pékin, quelles que soient les myriades d’excuses qui continueront à être prodiguées, d’ici au jour où les forces occidentales et leurs sous-fifres commenceront à envahir la Russie ET la Chine.

La Chine, elle aussi, est confrontée à l’encerclement et à l’endiguement, en ce moment même où le Pentagone déclare ouvertement diriger son attention et ses flottes vers le Pacifique. Tandis que le Secrétaire à la Défense Léon Panetta s’efforce de dissiper les craintes que suscitent ces mouvements et de dire que mais non, mais non, les USA ne sont pas en train de rassembler leurs forces pour attaquer la Chine, ses paroles verbales sans aucune crédibilité contredisent près de 20 ans de documents politiques US, qui préconisent justement l’isolement et la destruction de la Chine par cette méthode de renforcement de l’hégémonie américaine dans le Pacifique.

L’affrontement aura lieu tôt ou tard, et ceux qui se demandent encore pourquoi le monde est resté aussi apathique face aux nazis – menace si évidente pour la paix du monde quand on y repense – sont aujourd’hui assis aux premières loges pour voir Wall Street, Londres et tous leurs satellites violer progressivement la souveraineté et le destin d’une nation après l’autre, soutenus par l’apathie et l’ignorance apparemment infinies de leurs propres populations. Comme ce fut le cas pour l’Allemagne, ce seront en fin de compte ces populations qui paieront au prix fort leur complaisance et leur passivité face aux ambitions hégémoniques effrénées de leurs gouvernements.

Source : http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid...

 Traduction : C.L. pour http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs....

 

______________   

 

1 Bloomberg LP est un groupe financier américain spécialisé dans les services aux professionnels des marchés financiers et dans l'information économique et financière aussi bien en tant qu'agence de presse que directement, via de nombreux médias (télévision, radio, presse, internet et livres) dont les plus connus sont probablement ses propres chaînes de télévision par câble/satellite. (Wikipedia)

 

2 La Brookings Institution est souvent présentée comme le principal think tank des démocrates. Il s’agit plutôt d’un organisme représentatif des élites modérées, favorables à une régulation économique limitée, par opposition au patronat libertarien de l’American Enterprise Institute. Désormais active en politique étrangère, elle préconise - comme les néo-conservateurs et dans les mêmes circonstances - l’usage de la force, mais pour motifs humanitaires et non par évangélisme démocratique, par devoir et non par enthousiasme conquérant. La moitié de ses chercheurs a travaillé dans le passé pour le Conseil de sécurité national ou la Maison-Blanche. ( Réseau Voltaire)

 

3 Budapest 1956 ?


***


1945-02 Dresden.jpg

 

dresden-pile-of-bodies.jpg

 

Dresde 1945

Pipi de sansonnet, comparé à ce qui nous attend si Vladimir Poutine est forcé d’envoyer un seul missile sur le Quartier Général de l’OTAN pour défendre son pays.



***


Dernière minute :



URGENT

 

L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication

 

par Thierry Meyssan

 

Des États membres de l’OTAN et du CCG préparent un coup d’État et un génocide sectaire en Syrie. Si vous voulez vous opposer à ces crimes, agissez dès maintenant : faites circuler cet article sur le Net et alertez vos élus.

RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS (SYRIE) | 10 JUIN 2012
 

 

BLOG SYRIE - Ecrans CIA.jpg


Dans quelques jours, peut-être dès vendredi 15 juin à midi, les Syriens qui voudront regarder les chaînes nationales verront celles-ci remplacées sur leurs écrans par des télévisions créées par la CIA. Des images réalisées en studio montreront des massacres imputés au gouvernement, des manifestations populaires, des ministres et des généraux donnant leur démission, le président el-Assad prenant la fuite, les rebelles se rassemblant au cœur des grandes villes, et un nouveau gouvernement s’installant au palais présidentiel.

Cette opération, directement pilotée depuis Washington par Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale des États-Unis, vise à démoraliser les Syriens et à permettre un coup d’État. L’OTAN, qui se heurte au double veto de la Russie et de la Chine, parviendrait ainsi à conquérir la Syrie sans avoir à l’attaquer illégalement. Quel que soit le jugement que l’on porte sur les événements actuels en Syrie, un coup d’État mettrait fin à tout espoir de démocratisation.

Très officiellement, la Ligue arabe a demandé aux opérateurs satellitaires Arabsat et Nilesat de cesser la retransmission des médias syriens, publics et privés (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV etc.). Il existe un précédent, puisque la Ligue avait déjà œuvré à la censure de la télévision libyenne pour empêcher les dirigeants de la Jamahiriya de communiquer avec leur peuple. Il n’y a pas de réseau hertzien en Syrie où les télévisions sont exclusivement captées par satellite. Mais cette coupure ne laissera pas les écrans noirs.

En effet, cette décision publique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Selon nos informations plusieurs réunions internationales ont été organisées cette semaine pour coordonner l’opération d’intoxication. Les deux premières, d’ordre technique, se sont tenues à Doha (Qatar), la troisième, politique, s’est tenue à Riyad (Arabie saoudite).

Une première réunion a rassemblé les officiers de guerre psychologique « embedded » dans quelques chaînes satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV — On sait que depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP) ont été incorporés dans la rédaction de CNN ; depuis, cette pratique a été étendue par l’OTAN à d’autres stations stratégiques—. Ils ont rédigé à l’avance de fausses informations, selon un « storytelling » élaboré par l’équipe de Ben Rhodes à la Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point, chaque média devant citer les mensonges des autres pour les rendre crédibles aux yeux des téléspectateurs. Les participants ont également décidé de ne pas uniquement réquisitionner les chaînes de la CIA pour la Syrie et le Liban (Barada, Future TV, MTV, Orient News, Syria Chaab, Syria Alghad), mais aussi une quarantaine de chaînes religieuses wahhabites qui appelleront au massacre confessionnel au cri de « Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau ! »

Le second meeting réunissait des ingénieurs et des réalisateurs pour planifier la fabrication d’images de fiction, mêlant une partie en studio à ciel ouvert et une partie d’images de synthèse. Des studios ont été aménagés durant les dernières semaines en Arabie saoudite pour reconstituer les deux palais présidentiels syriens et les principales places de Damas, Alep et Homs. Il existait déjà des studios de ce type à Doha, mais ils étaient insuffisants.

La troisième réunion regroupait le général James B. Smith, ambassadeur des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, et le prince Bandar Bin Sultan (que le président George Bush père désignait comme son fils adoptif, au point que la presse états-unienne l’a surnommé « Bandar Bush »). Il s’agissait de coordonner l’action des médias et celle de « l’Armée syrienne libre » dont les mercenaires du prince Bandar forment le gros des effectifs.

L’opération qui était en gestation depuis des mois a été précipitée par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis après que le président Poutine ait notifié à la Maison-Blanche que la Russie s’opposerait par la force à toute intervention militaire illégale de l’OTAN en Syrie.

Cette opération comprend deux volets simultanés : d’une part déverser de fausses informations et d’autre part censurer toute possibilité d’y répondre.

Le fait d’interdire des TV satellitaires pour conduire une guerre n’est pas nouveau. Ainsi, sous la pression d’Israël, les États-Unis et l’Union européenne ont successivement interdit des chaînes libanaise, palestiniennes, irakiennes, libyennes, et iraniennes. Aucune censure n’a été effectuée envers des chaînes satellitaires provenant d’autres régions du monde.

La diffusion de fausses nouvelles, n’est pas non plus une première. Cependant, quatre pas significatifs ont été franchis dans l’art de la propagande au cours de la dernière décennie. 
• En 1994, une station de musique pop, la Radio libre des Mille Collines (RTML) a donné le signal du génocide rwandais en appelant à « Tuer les cafards !  ». 
• En 2001, l’OTAN a utilisé des médias pour imposer une interprétation des attentats du 11-Septembre et justifier les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak. À l’époque déjà, c’est Ben Rhodes qui avait été chargé par l’administration Bush de rédiger le rapport de la Commission Kean/Hamilton sur les attentats. 
• En 2002, la CIA a utilisé cinq chaînes, Televen, Globovision, Meridiano, ValeTV et CMT, pour faire accroire que des manifestations monstres avaient contraint le président élu du Venezuela, Hugo Chavez, à démissionner, alors qu’il venait d’être victime d’un coup d’État militaire. 
• En 2011, France 24 faisait de facto office de ministère de l’Information du Conseil national libyen, avec qui il était lié par contrat. Lors de la bataille de Tripoli, l’OTAN a fait réaliser en studio et diffuser par Al-Jazeera et Al-Arabiya des images des rebelles libyens entrant sur la place centrale de la capitale, alors qu’ils étaient encore loin de la ville, de sorte que les habitants, persuadés que la guerre était perdue, cessèrent toute résistance.

Désormais, des médias ne se contentent plus de soutenir la guerre, ils la font.

Ce dispositif viole des principes de base du droit international, à commencer par l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme relatif au fait « de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Surtout, il viole les résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies, adoptées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les guerres. Les résolutions 110, 381 et 819 interdisent « les obstacles au libre-échange des informations et des idées » (en l’occurrence la coupures des chaînes syriennes) et «  la propagande de nature à provoquer ou encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ». En droit, la propagande de guerre est un crime contre la paix, le plus grave des crimes, puisqu’il rend possible les crimes de guerre et les génocides.

Thierry Meyssan

 

Source :   http://www.voltairenet.org/L-OTAN-prepare-une-vaste-operation



***


Nous ne voudrions pas fermer ce premier post sans féliciter le tout nouveau Président de la République Française, qui, d’ores et déjà, est assuré de laisser un nom dans l’Histoire pour sa lucidité politique, son courage et son talent de raconteur d’histoires drôles.

 

 

 Cliquer pour Hymne syrien

 

***



 

Pénates

 

Oui, oui, Théroigne a déménagé… si on peut dire.

Situation banalissime : Elle aura, l’an prochain, 80 balais. (Nous sommes des dames aux chapeaux cloche, ici.) Le logement qu’elle occupait depuis un quart de siècle  a été vendu. Dans ce cas : expulsion du locataire, qui a six mois pour déguerpir (loi récente, merci Madame Onckelinks).

 Comment peut-on se reloger quand on vit d’une retraite plancher – bloquée - de salarié et que l’immobilier – loyers en tête – monte au ciel sans entraves ? On ne peut pas. Le moindre taudis double ou triple vos possibilités. Que faire ? Demander un logement social. Sept à neuf ans d’attente (Prière de faire suivre les clés au cimetière, svpl.). Il ne reste plus alors qu’à mettre ce qu’on a dans un garde-meubles et se chercher un pont sans trop de courants d’air.

 Notre valeureuse expulsée s’est donc retrouvée, à l’échéance, avec un bras cassé, entre des déménageurs pieds nickelés, qui l’ont dépouillée jusqu’à l’os (on vous épargne Les deux orphelines de La porteuse de pain) et des acquéreurs à qui les dents ont poussé en quelques minutes (le temps de saisir les clés avec et de se déguiser en Thénardiers).

 Cependant, il y a encore ici et là des gens pas du tout à la mode, des espèces de dinosaures, pour qui les mots « fraternité » et « solidarité » ne sont pas simples paroles verbales dont il convient de se gausser. Des qui ont dit, non, Madame T, on ne va pas sous les ponts à votre âge, ni dans les maisons Marie-Louise, venez chez nous, venez avec votre matos, et, oui, avec vos chats, on s’arrangera.

 

Trois chats curieux.jpg

 

MERCI, pour leur hospitalité, à Louis et Marie, à cause de qui on ne peut pas – eh merde ! - totalement désespérer de l'espèce humaine. (Je parle au nom de l’intéressée et de ses greffiers.) Merci à Francine et à Madame sa mère, qui ont offert un havre sec à sa bibliothèque. Merci aussi à Michel et Véronique : eux, ils ont envoyé des sous pour payer les pieds nickelés. Et merci à Andrée et Yellow, Patrick et Geneviève, Minok et Christmac, Édouard et Karine, qui ont fait de même, car il en a fallu beaucoup. La voilà endettée jusqu’aux yeux, Théroigne, mais pleine de gratitude jusqu’aux cheveux, on a les richesses qu’on mérite. Merci aussi à Françoise, Ian, Philippe et Johnny, qui ont réussi à sauver quelques bricoles, dont l’ordi, arraché de justesse aux ferrailleurs.

 Il fallait une ligne téléphonique, pour qu’il soit reconnecté à l’Internet. Marie et Louis en ont demandé une. On l’a attendue deux mois. Mais ça y est, elle est là. Ouf !... Notre webmaîtresse is back. Cabossée, mais toute hargne intacte.

Not far from how I feel....jpg

« Tu vois, » dit Théroigne, « ça, c'est à peu près moi  au Parvis de Saint-Gilles, sauf que je ne fume plus. »

 

Rendez-vous bientôt pour la suite de nos aventures et la chronique de tous ceux qui couchent vraiment sous les ponts, ou pire.


***

 

 Mis en ligne le 13.6.2012 par C.L.

 


26/10/2011

La curée

Death ship of no port.JPG

Voyez, voyez la machin’ tourner,
Voyez, voyez la cervelle sauter,
Voyez, voyez les Rentiers trembler ;
(CHOEUR) :
Hourra, cornes-au-cul, vive le Père Ubu !



LA CURÉE

Résumé de ce qui précède...
... et conclusions tirées par quelques personnes honnêtes



Aujourd’hui que le but véritable de ces 216 jours de boucherie est atteint, tous se vantent d’avoir – eux et personne d’autre – occis Kadhafi. Les Français d’abord, qui claironnent leur part de « responsabilité » dans la (fermons les yeux et essayons de visualiser... la République Française imposant par le meurtre de masse la monarchie à une république et la shar’ia à un état laïc... waw !) liquidation d’un chef d’état prisonnier de guerre, suivis de près par les Américains, antériorité dans le génocide obligeant, eux-mêmes suivis par les Anglais, qui se targuent du rôle joué par leurs forces spéciales – vous savez, les fameux SAS -  qui ont, maintenant on peut le dire, « encadré sur place, à Syrte, les forces du Conseil National de Transition et organisé la coupure des voies de retraite possibles pour Kadhafi et ses hommes ». Pourquoi en douter ? Depuis la révolte des Cipayes et même avant, on les savait capables de tout. Bien placé aussi le Qatar, état arabe comme on sait, et démocrate à n’en plus pouvoir. Il n’y a pas jusqu’à l’Allemagne, qui ne revendique sa part du meurtre Mais pourquoi diantre l’Allemagne s’accuse-t-elle d’un crime qu’elle ne peut pas avoir commis ? Eh, c’est que l’heure de la curée est venue et qu’il importe d’avoir les mains tachées de sang si possible jusqu’aux aisselles, pour pouvoir revendiquer une part conséquente du gâteau. Sans oublier la cerise qui le surmonte : ces fameux 1.700.000 Euros promis à qui capturerait le gibier mort ou vif, car il n’y a pas de petits profits.

Et c’est bien « mort » qu’il le fallait. Claude Angeli explique pourquoi et comment en page 3 du Canard enchaîné de cette semaine :

afrique,angeli,cameron,canard enchaîné,castro,charia,chavez,clinton,dinucci,escobar,kadhafi,le pen,libye,meyssan,nouvel ordre mondial,obama,otan,phelan,poutine,république française,rozoff,sarkozy        vez

*

KADHAFI CONDAMNÉ À MORT PAR WASHINGTON ET PARIS
Claude Angeli.
Mercredi 26 octobre 2011

Obama et Sarkozy ne voulaient pas qu’il s’en sorte vivant. De crainte qu’il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale.

Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.

Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.

Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisée par un officier du CPCO, « traiter le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard? ».

Hypocrisie internationale.

À l’Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l’un de ses fils s’étaient réfugiés à Syrte, avec gardes corps et mercenaires (ou résistants Libyens). Et Sarko avait chargé le général Benoit Puga, son chef d’état-major particulier, de superviser la chasse à l’ancien dictateur. Ce qu’il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l’étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d’ailleurs pour évoquer l’« élimination physique » du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l’Élysée, s’il faut en croire un conseiller du Président.

« La peine de mort n’était pas prévue dans les résolutions de l’ONU qui ont permis à l’OTAN d’intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d’un procès devant la Cour pénale internationale, « ce nouvel ami de l’Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l’aide qu’il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu’il offrait aux uns et aux autres. Voir plus grave, ne sait-on jamais? ».

Le 20 octobre à 8 h 30 du matin, l’objectif allait être atteint. Trois avions de l’OTAN s’approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui large deux bombesGBU-12 de 225 kilos guidés au laser. Bilan : 21 véhicules détruits et Kadhafi seulement blessé.

Soupirs de satisfaction.

Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L’histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande, Allah Akbar, à pleins poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d’autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie ».

On connait la suite, quelques images de ce lynchage suivi d’une exécution par balle sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n’est pas la fin de l’histoire, car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man’s land politique, une zone de turbulences imprévisibles. » Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d’un procès international.


*


Or donc, puisque nous avons tous tué Muammar Kadhafi un peu plus et un peu mieux que les autres, comment avons-nous fait et qui nous départagera dans la course au butin ? Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire, non ? Et les vainqueurs, c’est nous. Alors, allons-y Folleville.

L'évolution humaine.JPG

 


À vaincre sans péril,
On triomphe sans gloire.





Qui a vraiment tué Kadhafi ?
Ce « killer » de Las Vegas venu de Sicile.
par Manlio Dinucci
Il Manifesto – 22 octobre 2011


Manlio-Dinucci.jpg




The Telegraph : 

« Comment l’OTAN a poussé le raïs dans les mains des militaires islamistes de Misrata. »



Les images de Kadhafi lynché et tué par une foule féroce de miliciens ont été diffusées à l’échelle mondiale, pour démontrer qu’en Libye il s’est agi d’une rébellion populaire qui s’est terminée par le renversement de l’odieux dictateur. Version simpliste, appartenant aux puissantes « armes de distraction de masse » utilisées dans l’opération Protecteur Unifié.  Toute autre est la réalité qui vient au jour, comme le montre la reconstruction documentée des événements faite le 21 octobre par le quotidien britannique The Telegraph.

Après avoir joué un rôle clé dans la conquête de Tripoli, les agents de la Cia et du service secret britannique MI6, qui opèrent sur le terrain en Libye, se sont concentrés sur la chasse à Kadhafi, qui avait échappé aux bombardements massifs de l’OTAN. Tandis que les drones et autres avions espions, dotés des appareils les plus sophistiqués, survolaient jour et nuit la Libye, des forces spéciales étatsuniennes et britanniques passaient au crible la zone de Syrte, probable refuge de Kadhafi. Celui-ci a été obligé, ces dernières semaines, de rompre le silence téléphonique, en utilisant un portable peut-être de type satellitaire. La communication a été interceptée, confirmant sa présence dans la zone.

Quand un convoi de plusieurs dizaines de véhicules est sorti de la ville, il a immédiatement été repéré par les avions espions : un Rivet Joint étasunien (qui peut repérer l’objectif à 250 Kms de distance), un C160 Gabriel français et un Tornado Gr4 britannique. A ce moment là, un drone Predator étasunien, qui avait décollé de Sicile et télécommandé via satellite depuis une base proche de Las Vegas, a attaqué le convoi avec de nombreux missiles Hellfire. Même si cela n’est pas spécifié, il s’agit d’un des Predator MQ-9 Reaper déployés à Sigonella (Sicile), où se trouve le personnel affecté à l’approvisionnement et à la manutention, et conduits par un pilote et un spécialiste des senseurs, tous deux assis à leur console aux Etats-Unis, à plus de 10mille Kms de distance. Le Reaper, en mesure de transporter une charge guerrière d’une tonne et demi, est armé de 14 missiles Hellfire (« feu d’enfer ») à tête antichar, explosive à fragmentation ou thermobarique. Immédiatement après, le convoi a été frappé aussi par des chasseurs bombardiers français Mirage-2000 avec des bombes Paveway de 500 libbres et des munitions de précision Aasm (Armement Air-Sol Modulaire), elles aussi à guidage laser. Cette attaque a été décisive pour la capture de Kadhafi.

Ces faits démontrent que, en réalité, c’est l’OTAN qui a capturé Kadhafi, en le poussant dans les mains de miliciens musulmans de Misrata, animés d’une particulière haine à son égard. Et que c’est l’OTAN qui a vaincu cette guerre non seulement en larguant sur la Libye 40-50mille bombes en plus de 10mille missions d’attaque, afin d’ouvrir la voie aux « rebelles », mais en infiltrant en territoire libyen services secrets et forces spéciales pour réaliser et diriger les opérations de guerre. Le plan  -décidé à Washington, Londres et Paris- était d’éliminer Kadhafi, qui dans un procès public aurait pu révéler des vérités incommodes pour les gouvernements occidentaux. Il n’est donc pas exclu que parmi la foule de miliciens hurlants, derrière le « jeune homme au pistolet en or » à qui on attribue le meurtre de Kadhafi, il y avait bien plus d’experts killers de profession.


 Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Sources :

Il Manifesto :
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20111022/manip2pg/02/manip2pz/312006/

AlterInfo :
http://www.alterinfo.net/Le-killer-de-Las-Vegas-venu-de-Sicile-Qui-a-vraiment-tue-Kadhafi_a65500.html


*

Tout le monde y va de son commentaire : triomphalisme d’une indécence rare, même par les temps qui courent, chez les médiaputes, indignation nauséeuse chez les autres... Dans cette dernière catégorie, tous les grands noms sont au rendez-vous. Nous n’en cueillerons que quelques-uns, il vous faudra, chers internautes, aller chercher ceux que nous n'avons pas pu embarquer, dans leurs endroits habituels. Commençons par une jeune femme qui a bien des choses à dire :





Lizzie Phelan : «La guerre contre la Libye est une guerre contre l'Afrique»

 

Lizzy Phelan à Tripoli.gif
De retour au Royaume-Uni, après plusieurs mois passés en Libye où elle a couvert les crimes de guerre de l’OTAN et les mensonges des médias atlantistes, la journaliste Lizzie Phelan continue de se battre pour la vérité et la justice, et pour le peuple libyen. Son témoignage ci-dessous est un exemple saisissant de son engagement.

Lizzie Phelan a passé ses derniers jours en Libye - où elle était correspondante de PressTV - prise au piège dans l’Hôtel Rixos avec Thierry Meyssan, Mahdi Nazemroaya et deux autres membres de l’équipe du Réseau Voltaire.

Wikipedia lui fait l’honneur de la censurer.


*


Sur la déchéance de l’Occident, Thierry Meyssan pose, à son habitude, le diagnostic sobre et précis qui s’imposait. Les faiblesses et les erreurs du bouc émissaire n’y sont pas omises. C’est ce qui ressemblera jamais le plus à la justice qui lui est due.


Le lynchage de Mouammar Kadhafi


par Thierry Meyssan

thierry-meyssan.jpg

La mort de Mouammar el-Kadhafi a été saluée par une explosion de joie dans les palais gouvernementaux occidentaux à défaut de l’être par le peuple libyen. Pour Thierry Meyssan, cet assassinat militairement inutile n’a pas été perpétré par l’Empire uniquement pour l’exemple, mais aussi pour déstructurer la société tribale libyenne.

Réseau Voltaire | Beyrouth (Liban) | 20 octobre 2011

Kadhafi mourant.jpg

Durant 42 ans, Mouammar el-Kadhafi a protégé son pays du
 colonialisme occidental. Il rejoint aujourd’hui Omar al-Mokhtar
 au panthéon des héros nationaux libyens.



Jeudi 20 octobre 2011, vers 13 h 30 GMT, le Conseil national de transition libyen a annoncé la mort de Mouammar el-Kadhafi. Bien que confus, les premiers éléments laissent à penser qu’un convoi de voitures a tenté de quitter Syrte assiégée et a été bloqué et partiellement détruit par un bombardement de l’OTAN. Des survivants se seraient mis à l’abri dans des canalisations. M. Kadhafi, blessé, aurait été fait prisonnier par la brigade Tigre de la tribu des Misrata qui l’aurait lynché.

Le corps du « Guide » de la Grande Jamahiriya arabe socialiste n’a pas été conservé dans sa ville natale de Syrte, ni transporté à Tripoli, mais acheminé comme trophée par les Misrata dans la ville éponyme.

La tribu des Misrata, qui a longtemps hésité à choisir son camp et est quasi absente du CNT, aura finalement investi Tripoli après son bombardement par l’OTAN, et aura lynché Mouammar el-Kadhafi après le bombardement de son convoi par l’OTAN. Elle aura même transféré son corps dans sa ville pour marquer son triomphe. En juillet, le « Guide » aura maudit les Misrata, leur enjoignant de partir à Istanbul et Tel-Aviv, faisant allusion au fait que leur tribu est issue de juifs turcs convertis à l’islam.

Un flot de commentaires préparés à l’avance a été déversé instantanément par les médias atlantistes visant à diaboliser Mouammar el-Kadhafi et, de la sorte, à faire oublier les conditions barbares de sa mort.

Les principaux dirigeants de la Coalition ont salué la mort de leur ennemi comme marquant la fin de l’opération « Protecteur unifié ». Ce faisant, ils admettent implicitement que celle-ci ne visait pas à mettre en œuvre la Résolution 1973 du Conseil de sécurité, mais à renverser un régime politique et à en tuer le leader, alors même que l’assassinat d’un chef d’État en exercice est interdit en droit états-unien et universellement condamné.

De plus, le lynchage de Mouammar el-Kadhafi montre la volonté de l’OTAN de ne pas le déférer à la Cour pénale internationale qui n’aurait pas été plus en mesure de le condamner pour crime contre l’humanité que le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie ne put prouver la culpabilité de Slobodan Milosevic malgré deux ans de procès.

Dans le torrent de boue déversé par les médias atlantistes pour salir sa mémoire, reviennent en boucle des accusations mensongères, ce qui montre a contrario que ces médias disposent de peu d’éléments authentiques utilisables à charge.

Ainsi revient l’affaire de l’attentat contre la discothèque La Belle à Berlin (5 avril 1986, 3 morts), jadis utilisée comme prétexte par l’administration Reagan pour bombarder son palais et tuer sa fille (14 avril 1986, au moins 50 morts). À l’époque, le procureur allemand Detlev Mehlis (celui qui truquera deux décennies plus tard l’enquête sur l’assassinat de Rafik el-Hariri) s’appuya sur le témoignage de Mushad Eter pour accuser un diplomate libyen et son complice Mohammed Amairi. Cependant, la télévision allemande ZDF découvrira plus tard que Mushad Eter est un faux témoin et un vrai agent de la CIA, tandis que le poseur de bombe Mahammed Aamiri est un agent du Mossad [1].

Ou encore, l’affaire de l’attentat de Lockerbie (21 décembre 1988, 270 morts) : les enquêteurs identifièrent le propriétaire de la valise contenant la bombe et son retardateur sur la foi du témoignage d’un commerçant maltais qui avait vendu un pantalon se trouvant également dans la valise piégée. La justice écossaise mit alors en accusation deux agents libyens Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi et Al Amin Khalifa Fhimah et le Conseil de sécurité prit des sanctions contre la Libye. En définitive, pour obtenir la levée des sanctions, la Libye accepta d’extrader ses deux agents (le premier fut condamné à la prison à vie, le second fut innocenté) et de payer 2,7 milliards de dollars d’indemnités, tout en persistant à proclamer sa complète innocence. En définitive, en août 2005, un des chefs d’enquête écossais déclara que la pièce à conviction principale, le retardateur, avait été déposé sur les lieux par un agent de la CIA. Puis l’expert qui avait analysé le retardateur pour le tribunal admit l’avoir lui-même fabriqué avant que la CIA ne le dépose sur les lieux. Enfin, le commerçant maltais reconnu avoir été payé 2 millions de dollars pour porter un faux témoignage. Les autorités écossaises décidèrent de réviser le procès, mais l’état de santé d’Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi ne le permit pas.

L’actuelle campagne de désinformation comprend aussi un volet sur le train de vie décrit comme somptueux du défunt et sur le montant pharaonique de sa fortune cachée. Or, tous ceux qui ont approché Mouammar el-Kadhafi, ou simplement ceux qui ont visité sa maison familiale et sa résidence après leur bombardement peuvent attester qu’il vivait dans un environnement comparable à celui de la bourgeoisie de son pays, bien loin du bling bling de son ministre du Plan, Mahmoud Jibril. De même, aucun des États qui traquent la fortune cachée des Kadhafi depuis des mois n’a été en mesure de la trouver. Toutes les sommes significatives saisies appartenaient à l’État libyen et non à son « Guide ».

À l’inverse, les médias atlantistes n’évoquent pas le seul mandat d’arrêt international émis par Interpol contre Mouammar el-Kadhafi avant l’offensive de l’OTAN. Il était accusé par la Justice libanaise d’avoir fait disparaître l’imam Moussa Sadr et de ses accompagnateurs (1978). Cet oubli s’explique par le fait que l’enlèvement aurait été commandité par les États-Unis qui voulaient éliminer l’imam chiite avant de laisser l’ayatollah Rouhollah Khomeiny rentrer en Iran, de peur que Sadr n’étende au Liban l’influence du révolutionnaire iranien.

Les médias atlantistes n’évoquent pas non plus les critiques que des organisations de la Résistance anti-impérialiste et nous-mêmes avions formulées contre Mouammar el-Kadhafi : ses compromis récurrents avec Israël.

Pour ma part, je peux attester que, jusqu’à la bataille de Tripoli, le « Guide » a négocié avec des émissaires israéliens, espérant parvenir à acheter la protection de Tel-Aviv. Je dois aussi attester que, malgré mes critiques sur sa politique internationale, et le dossier complet à ce sujet que la DCRI française lui a aimablement communiqué à mon sujet en juillet dans l’espoir de me faire arrêter, Mouammar el-Kadhafi m’a accordé sa confiance et m’a demandé d’aider son pays à faire valoir ses droits aux Nations Unies [2] ; un comportement bien éloigné de celui d’un tyran.

Les médias atlantistes n’ont pas non plus cité les ingérences que j’ai condamnées de la Libye dans la vie politique française, notamment le financement illégal des campagnes électorales présidentielles de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal. Le « Guide » avait en effet autorisé son beau-frère Abdallah Senoussi à corrompre les deux principaux candidats en échange de la promesse de l’amnistier ou de faire pression sur la Justice française pour clore son dossier pénal [3].

Surtout, les médias atlantistes n’évoquent pas l’œuvre principale du « Guide » : le renversement de la monarchie fantoche imposée par les anglo-saxons, le renvoi des troupes étrangères, la nationalisation des hydrocarbures, la construction de la Man Made River (les plus importants travaux d’irrigation au monde), la redistribution de la rente pétrolière (il fit d’une des populations les plus pauvres du monde, la plus riche d’Afrique), l’asile généreux aux réfugiés Palestiniens et l’aide sans équivalent au développement du Tiers-monde (l’aide libyenne au développement était plus importante que celle de tous les États du G20 réunis).

La mort de Mouammar el-Kadhafi ne changera rien au plan international. L’événement important était la chute de Tripoli, bombardée et conquise par l’OTAN —certainement le pire crime de guerre de ce siècle—, suivie de l’entrée de la tribu des Misrata pour contrôler la capitale. Dans les semaines précédant la bataille de Tripoli, l’écrasante majorité des Libyens ont participé, vendredi après vendredi, à des manifestations anti-OTAN, anti-CNT et pro-Kadhafi. Désormais, leur pays est détruit et ils sont gouvernés par l’OTAN et ses fantoches du CNT.

La mort du Guide aura par contre un effet traumatique durable sur la société tribale libyenne. En faisant tuer le leader, l’OTAN a détruit l’incarnation du principe d’autorité. Il faudra des années et beaucoup de violences avant qu’un nouveau leader soit reconnu par l’ensemble des tribus, ou que le système tribal soit remplacé par un autre mode d’organisation sociale. En ce sens, la mort de Mouammar el-Kadhafi ouvre une période d’irakisation ou de somalisation de la Libye.

Thierry Meyssan


[1] Enquête du magazine Frontal, diffusée par la ZDF le 28 août 1998.

[2] Ce que j’ai fait à titre militant, sans rémunération aucune. Ndla

[3] Abdallah Senoussi avait été condamné par contumace en France pour l’attentat contre le DC-10 d’UTA (19 septembre 1989, 170 morts) durant la guerre du Tchad.


*

 

flageagle2.JPG

URUBU : nom africain du vautour américain




Le site Alter Info met en ligne un article à l’ironie grinçante du journaliste brésilien Pepe Escobar, paru dans l’Asia Times, et vous offre même, en prime, une chanson de Bernard Lavilliers. N.B. : Le sarcasme est quelquefois dans l'absence de guillemets.

Comment l’Occident a vaincu
en Libye


par Pepe Escobar, Asia Times (Hong Kong), 22 octobre 2011
traduit de l’anglais par Djazaïri

pepe-escobar.jpg

Les textes de Pepe Escobar sont souvent très intéressants, mais aussi difficiles à traduire, du moins pour moi. J’ai renoncé à plusieurs reprises à la traduction d’articles écrits par ce journaliste brésilien. Je me suis quand même décidé à traduire un se ses récents papiers parus dans Asia Times. Je suis pas vraiment satisfait du résultat, mais bon…

Dans cet article, Pepe Escobar revient sur la victoire de l’OTAN en Libye, une victoire que le président des Etats-Unis a d’ailleurs revendiquée comme telle, balayant ainsi toute idée saugrenue selon laquelle des «rebelles» auraient mis à bas le régime du colonel Kadhafi.

L’action de l’OTAN en Libye correspond en fait à un nouveau concept stratégique des Etats-Unis qui consiste à faire faire la partie visible du job par d’autres, en l’espèce les alliés incorporés dans l’OTAN et, dans des cas comme celui de la Libye, les monarchies démocratiques arabes.


(Lire la suite...)



Pour les vrais amateurs...

...un autre article de Pepe Escobar, où il réclame la mise en accusation de Nicolas Sarkozy et de David Cameron pour crimes contre l’humanité. (Repris par Planète Non Violence)  :
http://www.planetenonviolence.org/L-Iran-Le-Sun-Tzu-Et-La-Dominatrice-Pepe-Escobar_a2195.html




*




USA - Chicago (Illinois)

Rick Rozoff est diplomé en littérature européenne, journaliste et directeur de STOP NATO INTERNATIONAL. Il collabore aussi, régulièrement, comme auteur, à Global Research, à Voice of Russia  (émissions en anglais de Voix de la Russie) et au Réseau Voltaire .
 
Ceci est la transcription d’une interview donnée à Press TV

Rick_Rozoff.jpg


Libye :  Un meurtre brutal, gratuit –  Le Nouvel Ordre Mondial dans toute son évidente barbarie

Rick Rozoff

Le 22 octobre 2011.


« Un meurtre brutal, gratuit » John, Robles*

 

Kadhafi gisant.jpg


Comment allez-vous M. Rozoff ?

Je suis assez bouleversé par les nouvelles de ce matin – d’hier matin en ce qui vous concerne.

Ok, quelle est votre première impression ?

Celle du meurtre brutal et gratuit d’un homme de près de 70 ans, tué après avoir été capturé. Et si le but des 216 jours de bombardements était avant tout de le tuer, ce qui est manifestement le cas, avec les multiples bombardements de sa résidence à Tripoli, dont un seul a tué un de ses fils et trois de ses petits-enfants, il s’agit sans aucun doute d’un assassinat ciblé et je suppose que l’OTAN peut maintenant en revendiquer le succès. Ils ont eu ce qu’ils voulaient.

Le président Barak Obama a dit qu’il allait y avoir un retrait de Libye très bientôt, à votre avis, cela signifie-t-il que l’objectif a été atteint ?

Oui, il l’a été totalement. Changement de régime, prise de contrôle des plus importantes réserves de pétrole d’Afrique, incorporation de la Libye, jusque là seul pays nord-africain à n’être pas membre du soi-disant « Dialogue méditerranéen »  de l’OTAN dans ce qui est à présent, selon le secrétaire général Fogh Rasmussen, un partenariat militaire avec l’Alliance de l’Atlantique Nord...  Oui, dans tous les sens, leur objectif a été atteint. Et ce n’est certainement là rien qui soit susceptible de bénéficier au peuple libyen.

Vous ne voyez pas cela comme un acte de justice envers le peuple libyen opprimé ? Je veux dire qu’il y a des gens pour qui Kadhafi était un type terrible : il a tué des milliers de gens, donc il méritait de mourir.

Il y a juste tellement – comment dire – de bassesse, de délectation gratuite dans le meurtre de cet homme, né il y a 70 ans dans la ville même où il a été assassiné le 216e jour des bombardements de son pays par l’OTAN.

Tripoli italiana.jpg





Il est né sous l’occupation fasciste italienne et il est mort sous l’occupation de l’OTAN. On ne peut pas s’empêcher de faire le parallèle, d’autant que l’Italie a fourni certains des avions qui dévastent son pays depuis la mi-mars... depuis le 19 mars. S’il était le monstre qu’ils nous dépeignent, et j’invite vos auditeurs à aller voir sur le site de l’OTAN, les caricatures innommables qu’ils ont postées tous ces derniers jours, graffiti muraux et autres, qui le représentent de manière avilissante et diffamatoire, pour le déshumaniser au maximum avant de l’assassiner...

D’accord, j’ai vu à la télévision son corps nu traîné comme un morceau de barbaque, pardonnez-moi l’expression.

Oui. Après qu’ils l’aient amené à Misrata. C’est à vomir, un traitement barbare, et même pire que barbare, et qui prend place dans une longue série d’outrages similaires. Il en a été de même avec Slobodan Milosevic en Yougoslavie et avec Saddam Hussein en Irak, et il en va de même avec tout dirigeant d’un pays, qui refuse de s’aplatir. Je ne mets pas tous ces hommes dans le même panier. Reformulons la chose autrement. Tout dirigeant dont « le temps est venu », de l’avis des États-Unis et de l’OTAN, doit s’attendre à mourir. Hussein a été pendu. Kadhafi a été flingué. Considérant que Kadhafi était censé être – il ne l’était que nominalement, mais peu importe – le chef de l’état et même le chef des armées – et le bombardement de ses résidences privées, au prétexte qu’elles étaient des centres de commandement, prouve que l’OTAN le considérait bien comme dirigeant les forces armées – lorsqu’ils l’ont capturé jeudi, il était un prisonnier de guerre et, à ce titre, sous la protection de la Convention de Genève, au lieu de quoi on lui a tiré dans la tête et on l’a massacré. C’est là le nouveau régime qui vient d’être implanté en Libye, et quel que soit le verbiage de l’Occident à propos d’état de droit et de préoccupations humanitaires, ceci est l’image brute et nue de ses intentions véritables. Comme l'a été la mort de Slobodan Milosevic dans un cul-de-basse-fosse des Pays-Bas, où on lui a refusé les soins médicaux en Russie, et comme la grotesque pendaison de Saddam Hussein. C’est là l’image véridique du nouvel ordre mondial, un ordre mondial dans toute son évidente barbarie.

Que voulez-vous dire « on lui a refusé les soins médicaux en Russie » ?

La Russie a offert au TPIY (Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, NdT) de faire venir Slobodan Milosevic à Moscou pour y suivre un traitement médical, mais son offre a été refusée et Milosevic est mort très peu de temps après. Il est même possible que les choses se soient passées de façon encore pire**.  Quoi qu’il en soit, l’image est très claire.

Est-ce que vous voyez un schéma, excusez-moi de vous interrompre. Est-ce que vous voyez un schéma répétitif - je suis sûr que oui - entre les cas Hussein, Ben Laden et maintenant Kadhafi ? Je veux dire, vous avez des pays, Hussein et Kadhafi par exemple, qui ont pratiquement stoppé leurs programmes d’armement. C’est à peu près sûr, Kadhafi coopérait avec les États-Unis dans la guerre contre le terrorisme, en permettant les vols de restitutions extraordinaires (« extraordinary renditions »)  vers la Libye. Et il avait arrêté ses programmes d’armement. Vous voyez là un schéma récurrent ?

Oui. Il y a très clairement un schéma, un mode opératoire, par lequel les États-Unis et l’OTAN se servent de quelqu’un à leurs propres fins, puis s’en débarrassent et le tuent. Slobodan Milosevic, à grand risque politique pour lui-même à l’intérieur de ce qui était à l’époque la République Fédérale de Yougoslavie, a joué un rôle actif dans les négociations visant à mettre fin aux hostilités armées en Bosnie, en remerciement de quoi son pays a été bombardé pendant 78 jours en 1999 par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, et lui-même ensuite jeté aux oubliettes pour y mourir.

Il avait passé un accord avec la CIA, je pense, on l’a su plus tard, et c’est assez de notoriété publique qu’il s’attendait à être protégé.

Je ne connais pas tous les détails là-dessus, mais au bout du compte, on se retrouve toujours avec des tas de cadavres et des chefs d’état assassinés. Rappelons-nous bien ceci : quoique n’étant que nominalement chef de l’État, Muammar Kadhafi a eu la carrière de dirigeant la plus longue au monde. Il a été le dernier lien personnel – depuis que Fidel Castro s’est retiré de la présidence de Cuba – entre les luttes de libération nationales d’après la Deuxième Guerre Mondiale et l’émergence de nouvelles nations pendant la Guerre Froide et l’après-Guerre Froide, dont l’issue a été l’OTAN, force de frappe militaire capable de renverser les gouvernements à volonté n’importe où dans le monde. L’OTAN se vante, sur son site web, d’avoir accompli, à ce jour, 26.000 missions aériennes au-dessus d’un pays de 6 millions d’habitants, dont plus de 9.000 étaient des « sorties de combat ». Ce monstre est déchaîné depuis vingt ans sur le monde, et la Libye ne sera pas le dernier pays à lui servir de cible. Vous pouvez en  être sûr.

Que croyez-vous qu’il va arriver maintenant ?

Je ne sais pas si la Libye sera en état de se relever. Les puissances occidentales ont poussé à des affrontements tribaux pour pouvoir renverser le gouvernement de Kadhafi, et croire qu’on peut, après cela, faire rentrer le génie dans la bouteille, est faire preuve de vraiment beaucoup d’optimisme ou de faux-culterie. Avec le chef militaire du CNT (Abdel Hakim Belhadj) qui est quelqu’un que les États-Unis ont incarcéré et interrogé (= torturé, NdT) dans le cadre de leur programme de « restitutions extraordinaires », ex-combattant en Afghanistan et ex-leader du soi-disant Groupe de Lutte Islamique de Libye, vous avez des éléments d’Al Qaeda et des séparatistes... ils ont semé dans le pays un véritable pandemonium, et maintenant ils prétendent qu’ils veulent stabiliser la Libye. Je ne vois rien se produire de ce genre. Tous comptes faits, avec sa prétendue « no-fly zone » et son intervention humanitaire, l’OTAN a clairement fait la guerre à un gouvernement pour le compte d’une faction insurgée. Point. C’était l'intention de départ, et l'entreprise a réussi.


Traduction Catherine L. pour
http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be

Source : www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=27224


___________  

* Né en 1966 à Rio Piedras, Porto Rico, John Robles est, à ce jour, le seul citoyen US à qui ait été accordé l’asile politique en Russie. Il est journaliste et présente, sur La Voix de la Russie, le célèbre programme en langue anglaise Moscow Mailbox, qui répond aux questions des auditeurs du monde entier sur tout ce qui concerne l’URSS et la Russie.
 
** Me Vergès a déposé plainte pour meurtre par empoisonnement (NdT).


*


Et qu’en disent les gens honnêtes qui ne sont pas journalistes ?

Hugo Chavez :


Hugo Chavez réagit à la mort de Kadhafi ! par tawba2_974



*



L'OTAN est l'outil de répression "le plus perfide
de l'histoire" (Castro)

Dossier : Kadhafi annoncé mort

afrique,angeli,cameron,canard enchaîné,castro,charia,chavez,clinton,dinucci,escobar,kadhafi,le pen,libye,meyssan,nouvel ordre mondial,obama,otan,phelan,poutine,république française,rozoff,sarkozy        vez


LA HAVANE, 24 octobre - RIA Novosti

  
L'OTAN est l'outil de répression "le plus perfide de l'histoire de l'humanité" a déclaré le leader de la révolution cubaine Fidel Castro dans un article de la série "Réflexions" publié dans la presse officielle cubaine.

L'OTAN est devenu un instrument de répression "après que l'URSS, prétexte à la création de cette Alliance par les Etats-Unis, a cessé d'exister", a ajouté le leader cubain.

Le leader cubain a estimé que les objectifs criminels de l'Alliance se sont révélés en Serbie en 1999, lorsque "les pays de cette funeste organisation ont dépêché leurs troupes pour soutenir les séparatistes kosovars".

Le leader libyen déchu Mouammar Kadhafi "a été grièvement blessé par l'un des chasseurs-bombardiers les plus performants de l'OTAN", il "a été capturé vivant avant d'être tué par des gens armés par cette organisation militaire", a indiqué Fidel Castro, commentant les récents événements en Libye.

Le fait que le corps de Kadhafi ait été exposé "comme un trophée de guerre constitue une violation des principes les plus élémentaires de l'islam ainsi que des autres croyances religieuses de par le monde", a ajouté Fidel Castro.


Source : Ria Novosti (http://fr.rian.ru/world/20111024/191649593.html


 

OTAN.jpg


*


Mort de Kadhafi : des images "dégoûtantes"
(Poutine)

afrique,angeli,cameron,canard enchaîné,castro,charia,chavez,clinton,dinucci,escobar,kadhafi,le pen,libye,meyssan,nouvel ordre mondial,obama,otan,phelan,poutine,république française,rozoff,sarkozy        vez


Lors d'une intervention devant les membres du Front populaire, le premier ministre russe Vladimir Poutine s'est déclaré "révolté" par les images de la mort du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi, diffusées par les médias, et par le traitement réservé à sa dépouille mortelle.


*


Ces braves gens ne savent pas de quoi ils parlent, et combien il est doux de renouer avec son passé mérovingien. Vous savez, celui de la reine Frédégonde et des écartèlements à quatre chevaux...


*



Kadhafi sodomisé par des rebelles
soutenus par l’OTAN

La vidéo montre le viol image par image (BRUTAL)



Une analyse semble confirmer qu’un combattant rebelle a sodomisé Kadhafi avec un couteau.

par Tracey Shelton


http://www.informationclearinghouse.info/article29508.htm


Traduction (C.L.) :

Global Post, 25 octobre 2011 – Syrte, Libye.

Une analyse de la vidéo obtenue par Global Post d’un combattant rebelle qui a filmé le moment où le colonel Kadhafi a été capturé, confirme qu’un autre combattant rebelle dont l’identité n’est pas connue a sodomisé l’ex-leader alors qu’on le traînaît hors de la canalisation où il avait trouvé refuge.

Une analyse image par image de cette vidéo exclusive de Global Post montre clairement le rebelle tentant d’introduire une espèce de bâton dans le rectum de Kadhafi.


Mise en garde

Ces images et ces vidéos ne doivent être vues
que par un public mature.

Mise en garde

*

 

petite libyenne.jpg
Une petite libyenne qui, on l’espère pour elle,
n’a au moins pas été sodomisée au couteau



*




Veni, vidi, etc. (suite et non fin) :

We came, we saw, he died, haha. (Hillary Clinton)

Traduction :
« Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort ».


Ils se prennent tous pour Jules César. Z'ont oublié comment il a fini ?


*




Kill the poys and the luggage ! 'tis expressly
against the law of arms: 'tis as arrant a piece of
knavery, mark you now, as can be offer't; in your
conscience, now, is it not?

Shakespeare, Henry V


La vidéo qui suit ne prouve rien. Les pires dictateurs ont eu, eux aussi, une vie de famille. Même Franco, même Pinochet ont dû jouer avec leurs petits-enfants. Mais, outre qu’on n’a jamais vu aucun dictateur mourir les armes à la main en défendant ce qui restait de son peuple, la particularité de cette scène de famille-ci, c’est qu’aujourd’hui tous sont morts : les grands, les petits, les femmes, les chiens et les bagages.







*



À propos de vie de famille ( chacun la sienne) :

Sarko 2e bébé.jpg

Marine Le Pen a trouvé regrettable que Nicolas Sarkozy n’ait pas
donné à sa fille un prénom français



*


Ainsi, au nom du prophète pour les uns, de la  démocratie pour les autres, un homme de 70 ans, la moitié de sa famille et un bon paquet de leurs compatriotes ont été abattus comme des animaux de boucherie (je veux dire, avec la même sauvagerie routinière). C’était ce que voulait le capo Obama (dont l’assassinat ciblé semble être devenu un des passe-temps favoris) et qu’étaient prêts à faire pour lui ses féaux porte-flingues.

Dans la mesure où une seule personne était visée, c’est un assassinat qui a coûté cher (aux Libyens surtout, et aux contribuables d’un peu partout), aussi cher qu’écraser une mouche au marteau-pilon sur le nez de la Joconde. Mais le plaisir est sans prix, et le butin, d’ailleurs, vaut sans doute bien plus cher que la Joconde. À l’aune des valeurs de ces gens.

La pègre planétaire a été fidèle à elle-même. On n’en attendait rien d‘autre. Reste à savoir s’il est admissible de l’endurer sans la combattre et quand l’impuissance trop aisément acceptée devient de la complicité.

Que dire des exécuteurs ? Ce sont des prétendus croyants. De l’espèce de ceux qui ont ravagé l’Europe pendant plus de deux siècles, sans grandes différences de forme. Avec leurs cerveaux reptiliens d’infantiles fanatiques, ils ne pouvaient que haïr aveuglément un homme qui avait tenté, pendant plusieurs décennies, de rassembler sur la tête des siens le meilleur de deux mondes en train de s’affronter, s’imaginant avec raison qu’il était possible de les faire cohabiter. L’exécution en elle-même est d’une affligeante mais sempiternelle banalité : ils l’ont tourmenté pour se faire plaisir, l’ont achevé pour toucher leur salaire, et ont profané sa dépouille pour qu’il ne puisse « aller au ciel » (c’est vieux comme l’imbécillité humaine, demandez à Molière). Parce qu’il n’y a pas de petits profits (voir plus haut), certains ont filmé leur propre insurpassable dégradation, sûrs de trouver des acheteurs pour leurs immondices. Ils ne se sont pas trompés.

Quant au colonel Kadhafi, quelles qu’aient pu être ses erreurs – d’appréciation, de tactique ou de stratégie -  quelles qu’aient pu être même ses fautes, certaines apparemment graves, en matière de morale publique, il s’est, par la manière dont il a fait face à l’invasion de son pays et par sa fin, hissé au niveau des plus grands hommes d’état : de ceux qui remplissent jusqu’au bout le mandat que leur peuple leur a donné ou consenti, en mettant leur vie dans la balance.

 

kadhafi poster.jpg

Qu’il repose en paix.


*




C.L.

 

 

 

Post Scriptum : Ceci est notre avant-dernier post avant mise en sommeil temporaire de ce blog. Notre webmaîtresse Théroigne doit déménager - elle ne sait encore où ni quand, mais vite - et va avoir les bras pleins de caisses et de meubles démontés jusqu'à... on vous dira.



21/10/2011

Muammar Kadhafi 1942-2011

muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

 

On nous faisait, Arbate, un fidèle rapport :
Rome en effet triomphe, et Mithridate est mort.
...
Ainsi ce roi qui seul a durant quarante ans,
Lassé tout ce que Rome eut de chefs importants,
Et qui dans l'Orient balançant la fortune,
Vengeait de tous les rois la querelle commune,
Meurt, et laisse après lui, pour venger son trépas,
Deux fils infortunés qui ne s'accordent pas.


*


Le sang du lion
et le festin des rats.


 
Tourne-toi, sinon mon poignard va glisser !


Syrte ou la Stalingrad du désert, aura résisté de tout son sang contre la barbarie céleste de l’OTAN et ses mercenaires indigènes.


Au milieu de ruines fumantes de la ville martyre, un lion est mort. Un lion qui, de son vivant comme dans son trépas, aura rendu sa fierté à sa patrie, à son peuple, à son continent et à tous les damnés de la terre.

Autour de son corps agonisant, tels des rats affamés, les barbares du CNT et de l’OTAN se sont disputés des lambeaux de sa noble chair.

« C’est nous qui l’avons achevé » clament les rats du Shape et de l’Elysée.

« Non, c’est nous. » rétorquent les rats indigènes.

Le corps lacéré de Kadhafi, c’est la Libye lacérée, donnée en pâture à l’OTAN et au CNT.

La Libye de Kadhafi était un pays fier. Ses citoyens ne devaient pas quémander l’aumône à la porte des seigneurs européens.

La Libye de Kadhafi était un pays prospère. Elle était l’Eldorado de toute l’Afrique. Un pays de cocagne assurant le plein emploi.

La Libye de Kadhafi était un pays paritaire. Les femmes étudiaient et réussissaient mieux que les hommes. Les femmes décidaient. Les femmes dirigeaient. Les femmes combattaient.

La Libye de Kadhafi était un pays généreux. Ecoles gratuites munies d’équipements les plus modernes. Hôpitaux gratuits ne manquant de rien. Cette Libye a entre autres, financé RASCOM 1, un satellite de télécommunications qui allait permettre à tous les Africains de téléphoner quasi gratuitement, eux qui payaient les tarifs téléphoniques les plus chers au monde. L’Europe avait été jusqu’à coloniser les réseaux de communication africains, forçant le continent à verser 500 millions de dollars par an pour le transit vocal des Africains sur ses satellites.

La Libye de Kadhafi était un pays solidaire. Dotée d’un ministère chargé de soutenir la révolution mondiale, cette Libye a accueilli à bras ouverts tous les résistants du monde, a financé d’innombrables mouvements de libération : Black Panthers, militants anti-Apartheid, résistants chiliens, salvadoriens, basques, irlandais, palestiniens, angolais. Habités par leurs fantasmes primaires, des journaleux européens ont rapporté que des snipers féminins des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) avaient été enrôlées par Kadhafi. Pure intoxe. En revanche, les guerriers du mouvement de libération du Sahara occidental, le Front Polisario, protégeaient bel et bien Tripoli de la barbarie de l’OTAN/CNT.

La Libye de Kadhafi a fait l’expérience de la démocratie directe. Kadhafi n’avait qu’un rôle symbolique, celui du vieux sage à la fois redouté et rassurant. La population était encouragée à débattre et à choisir sa destinée à travers les Comités populaires. Pas besoin de parlement ni de partis.

Hélas, la Libye de Kadhafi n’est pas parvenue à faire vivre une démocratie durable. Les luttes personnelles ont pris le dessus sur les intérêts collectifs. Comme bien des révolutions, la Libye de Kadhafi a connu sa dégénérescence idéologique et son cortège de souffrances et d’injustices.

La Libye de Kadhafi n’est pas parvenue à instaurer la concorde entre clans et tribus de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque.

La Libye de Kadhafi a cru que seule la force viendrait à bout des djihadistes endiablés d’Al Qaida, des opportunistes et des renégats pro-occidentaux.

La Libye de Kadhafi a tenté de briser son isolement international, pensant que les rats de l’Élysée, du 10 Downing Street, du Palais Chigi ou de la Maison Blanche viendraient manger dans sa main. Ces rats se sont en réalité sournoisement glissés dans la manche de sa tunique. Ils ont saisi l’occasion pour infiltrer son pays, le saboter, le ruiner et le pomper pour un siècle.

A présent, les rats d’Europe et les rats du CNT étanchent leur soif dans la crinière du lion.

Mais le lion s’est dérobé à leurs griffes pour rejoindre Lumumba et Sankara, les autres enfants martyrs de l’Afrique héroïque.

Buvez, hordes de lâches, buvez ! Que son sang brûle vos entrailles comme le Zaqqoum !

Pleurez patriotes libyens pleurez ! Que vos larmes engloutissent vos bourreaux et leurs armées !


Bahar Kimyongür*
21 octobre 2011

*Militant anti-impérialiste belge



 


Syrte libre !

Pour les micros-trottoirs (sans trottoirs) de joyeuses foules en délire :
écouter la RTBF.



muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

 

« Les opérations ne s’arrêteront pas immédiatement » (l’OTAN) :
il reste des civils à protéger de Kadhafi.

 


Un petit pas pour l’Africom,
mais un grand pas (en arrière) pour l’humanité :
bientôt l’Afrique 100% blanche !



*


Bahar insulte les rats (je parle des vrais).

Courage, Africains, vous venez de renouer avec ça :

Ku Klux Klan.jpg



La preuve en videos :

http://www.informationclearinghouse.info/article29465.htm

 

 

Kadhafi - Latuff.gif

Qui se souvient du nom des vainqueurs de Mithridate ?

 

Mis en ligne le 21.10.2011 par Catherine

Tous les dessins sont de Latuff